JE RECHERCHE
Streaming : le programme télé 2.0

Streaming : le programme télé 2.0

Taratata, c'est fini. Ok, la nouvelle n'est pas des plus fraiches, mais on a du mal à s'en remettre. D'autant que depuis un an, c'est devant un scrabble qu'on passe les soirées avec belle-maman.

Pas de panique. Si le petit écran se meurt à petit feu, le streaming reprend le flambeau. C'est plus funky et il n'y a pas de pubs (ou presque). Alors, y'a quoi ce soir sur l'internet ? On vous fait le télé 7 jours 2.0.

1 - Boiler Room

Ben oui, on sait, tout le monde connait et c'est beaucoup moins drôle depuis que ce n'est plus underground. Mais puisqu'on parle de streaming, difficile de passer à côté du mastodonte pionnier du genre. Créé en 2010, la "chaufferie" accueille la fine fleur des artistes électro : Thom Yorke, Nicolas Jaar, Richie Hawtin, Flying Lotus, Carl Cox, Marcel Dettman, Nina Kravitz, DJ Rashad, Theo Parrish et on en passe et des meilleurs.

Des artistes que vous ne verriez sûrement pas si vous habitez dans la Creuse, que vous devriez payer au prix fort si vous habitez à Paris et dont vous pouvez commenter les performances avec d'autres clubbeurs de chambre sur la "chat room massive".

2 - Dommune

Vous voulez de l'exotisme ? On vous en donne. Dommune est la version japonaise de Boiler Room. Ouvert en 2010 aussi, c'est, selon Resident Advisor, le show le plus regardé : des dizaines de milliers de personnes se connectent tous les soirs (la chaîne diffuse ses programmes de 21h à minuit, heure locale) pour regarder les artistes défiler, mais aussi des Talk Shows centrés autour de la house et de la techno. Bonne joueuse, la chaîne arrête ses programmes à minuit et ne diffuse pas le week-end, lorsque les gens "vont dans les vrais clubs".

3 – Arte concert

On avait quand même promis de sauver vos soirées avec belle-maman. Si celle-ci n'est pas adepte des set de Plastikman, et que malgré tout vous ne voulez pas en changer, Arte Concert est votre homme. Il y en a pour tous les goûts : la biennale de la danse, des concerts de l'orchestre symphonique mais aussi les très sympas Concerts de poche, tournés dans des appartements parisiens : Son Lux, Charles Bradley, Baxter Dury... joli programme.

4 – La Blogothèque

La Blogo fait ses concerts à emporter, et c'est la meilleure adresse depuis 7 ans. Dans un ascenseur, sur un toit en plein hiver, dans le métro ou dans des bars, les Concerts à emporter s'invitent partout en toute spontanéité. Le concept : « une session filmée avec un artiste ou un groupe invité à jouer dans la ville, un bar, la rue, un parc, un appartement, avec les incidents de passage, les hésitations, les coups de folie. Sans montage cosmétique, avec un son brut : capturer un instant, filmer la musique comme elle est arrivée, sans préparation, sans artifices». Avec une guest-list à faire pâlir d'envie le Silencio : Jeffrey Lewis, Grizzly Bear, Caribou, St Vincent, Arcade Fire, Phoenix, Jamie Lidell...

5 - TwenFM

Retour à la techno avec TwenFM, la boiler room Made in Berlin. La plateforme émet depuis 1999, quoiqu'elle était une radio pirate à ses débuts, avant de devenir légale et de rejoindre la bande FM 88vier en 2010. Au même moment la radio met en place sa plateforme de streaming où les animateurs promeuvent principalement la scène locale. Un streaming sur le format radio, avec interview et coups de fil des auditeurs. Pour les germanophones donc, ou pour les très curieux ! 

6 – Overdrive Infinity

Fin 2013, Teki Latex lançait sa chaine de web TV, Overdrive Infinity. Une véritable émission TV « façon Nulle Part Ailleurs », annonçait le fondateur du label Sound Pellegrino. L'émission est tournée dans des studios télé, avec « des vrais cameramen, caméra à l'épaule, une grue et tout » avec des artistes visuels en invités pour la mise en scène des sets. Tous les vendredi de 20h à 22h.

7 – Musique Info Service

Le fun c'est bien, mais la musique est un business sérieux. L'équipe d'Audimat, la revue « érudite » de la musique éditée par les Siestes Electroniques, a lancé Musique Info Service, une émission de critique musicale sérieuse mais pas trop. Des vidéos longues (plus de 15 minutes, 45 minutes pour leur nouvelle formule) et en noir et blanc, la web émission s'inscrit à contre-courant et l'a parfois payé par des audiences un peu trop faibles. Dommage. Etienne Menu et ses invités débatent de la musique comme on parle politique et ce Mots Croisés de la culture est un spectacle tout aussi réjouissant qu'intelligent.