JE RECHERCHE
Ça sent mauvais pour Grooveshark : adieu le streaming sans pub ?

Ça sent mauvais pour Grooveshark : adieu le streaming sans pub ?

Le site de streaming Grooveshark vient de se faire condamner aux Etats-Unis pour violations des droits d'auteur.

Les fondateurs de Grooveshark ont fait appel, mais c'est mal barré : va-t-on vers une fermeture pure et simple du site, pourtant belle plateforme de streaming ? Pas de pub (mais une offre d'abonnement mensuel), un catalogue complet avec possibilité de créer des playlists au fur et à mesure (très pratique en soirée, un petit repérage de 10 minutes étant suffisant pour assurer l'ambiance une bonne heure), titres introuvables sur leurs concurrents Deezer et Spotify... Parmi tous les sites de streaming, ce requin orange est notre petit préféré. Mais on va peut-être bientôt devoir en parler au passé : le site lancé en 2007 (la même année que Deezer) a perdu en justice contre des maisons de disques à New York. 

En même temps, la gestion de Grooveshark avait l'air hasardeuse. Officiellement, ce sont les utilisateurs qui envoient les morceaux du catalogue, petite nuance qui permet aux créateurs de se couvrir -- et accessoirement de ne pas demander l'accord de la plupart des ayants droit. Selon la loi américaine, ils devaient simplement retirer les titres s'ils étaient signalés. Sauf que les fondateurs du site ont créé des comptes bidons pour uploader des milliers de morceaux et auraient détruit des messages de réclamation concernant ces mêmes ayants-droit. En gros, ils ne payaient pas grand-chose aux maisons de disques, qui viennent de gagner leur première bataille. Grooveshark a fait appel, mais deux autres plaintes ont depuis été déposées. Le service est donc plus que menacé, aux Etats-Unis d'abord... Puis en France ?