JE RECHERCHE
Tout ce que vous devez savoir sur Eden

Tout ce que vous devez savoir sur Eden

Prévu pour le 19 novembre, le film Eden est plus qu'attendu. Mais qu'est-ce qu'il se passe dans ce long-métrage de Mia Hansen-Løve sur la French Touch ? 

Ce n'est pas un film sur Daft Punk... 

... Ni sur la French Touch à proprement parler. Eden, nommé à partir du fanzine house eDEN créé en 1992, revient évidemment sur la montée en puissance des petits frenchies dans le monde électro des 90's, mais s'attache surtout au parcours de Paul, alter-ego du DJ Sven Løve, frère de la réalisatrice Mia Hansen-Løve. De ses raves d'adolescents à sa traversée du désert, en passant bien sûr par le succès qu'il a eu au sein du duo Cheers, Eden est un portrait de Sven Løve et du métier de DJ (dans ses bons comme dans ses mauvais moments) : les Daft Punk apparaissent, bien sûr, mais assez peu. Leur succès fulgurant n'intervient souvent que pour rendre compte des difficultés de Paul. Amoureux d'Homework, n'attendez pas une biographie de Thomas et Guy-Man, vous serez déçus par cette fresque psychologique et festive. 

Un casting étonnant 

Mia Hansen-Løve a fait le choix plutôt malin de ne booker des acteurs reconnus qu'en tant que seconds rôles. On retrouve ainsi la sublime iranienne Golshifteh Farahani (vue dans Mensonges d'Etat, My Sweet Pepperland ou Syngué Sabour, pierre de patience), Laura Smet, Vincent Macaigne ou encore Vincent Lacoste et Arnaud Azoulay dans les rôles de Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo. On suit également Pauline Etienne dans un des rôles principaux, en partie révélée grâce à son premier rôle dans La Religieuse de Guillaume Nicloux, aux côtés d'Isabelle Huppert et Louise Bourgoin. Côtés acteurs un peu moins connus, on croise le rouquin Hugo Conselmann et Roman Kolinka, tout deux crédités au casting d'Après Mai d'Olivier Assayas, film de bande de la génération 68 ayant inspiré la démarche de Mia Hansen-Løve.  

Mais le personnage principal, Paul, est campé par un parfait inconnu (ou presque). Révélation du film, Félix De Givry n'est pas comédien, mais co-fondateur du collectif Pain Surprise, plus habitué à organiser des soirées complètement folles à Paris, à gérer un label, une marque de vêtement voire à se lancer dans la pub (Pain Surprise a créé un spot publicitaire pour la marque de fringues Burlington) qu'à passer devant la caméra. Mais cet étudiant de Science Po incarne parfaitement la génération bercée par la French Touch, justement. 

On n'y écoute pas de la techno, mais du garage

Et la nuance n'est pas à oublier, tant cette variante de la house n'a rien à voir avec la drum ou la techno entendue en rave -- puis en free-party, mais ce n'est pas le propos du film. Non, Paul-Sven Løve est un amoureux des voix soul mélangées aux rythmes house typiques de Chicago, et il n'y coupera pas, gardant ce style pendant toute la durée d'Eden. Si les titres de Daft Punk sont évidemment passés (le duo a accordé les droits à Mia Hansen-Løve pour une somme symbolique, désireux de soutenir le projet), c'est plutôt Terry Hunter, Frankie Knuckles ou M.K. qui squattent les sélections, ainsi que Derrick May (plutôt adepte de la techno, l'Américain en crache pas sur des influences garage, la preuve avec l'excellent remix ci-dessous).  

Méfiez-vous des contrefaçons 

Eden fait beaucoup parler, mais attention : la bande-annonce et la bande-originale publiées il y a quelques semaines sur le web n'étaient pas officielles. Il faudra se contenter des photos ci-dessus pour l'instant, mais un peu de patience, ça ne saurait tarder.

Et la presse, elle en pense quoi ? 

Présenté en première mondial au festival de Toronto, Eden s'en sort très bien chez les critiques anglo-saxons. Pour preuve : 

"Comme tous les films de Mia Hansen-Løve (Un Amour de jeunesse, Le Père de mes enfants, Tout est pardonné), Eden est profondément à l'écoute de la plus minuscule nuance d'émotion, ce qui rend le film à la fois grand et petit, étendu et intime. Mia Hansen-Løve a encore une fois capturé cette espèce de tendresse, de délicatesse, de moments et d'émotions complexes qui sont si difficiles à décrire avec des mots", Mark Olsen pour le LA Times

"Ce film doucement poignant et à la merveilleuse photographie devrait attirer les amateurs de films d'auteur aussi bien en France qu'aux Etats-Unis ", Andrew Barker pour Variety

"Humour et nostalgie sont employés avec succès", Ben Nicholson pour Cine-vue.

UPDATE 30/09/2014 : voilà l'affiche d'Eden !

EDEN_120X160

UPDATE 13/10/2014

La première bande-annonce d'Eden est disponible depuis Allociné et retranscris bien la dynamique "montée/redescente" du film, le tout servi avec une chanson des Daft Punk :