JE RECHERCHE
The Drums : « On sera toujours un peu bizarre »

The Drums : « On sera toujours un peu bizarre »

Rangés dans le tiroir « groupes indie – Brooklyn – Années 2000 », on avait un peu oublié les Drums. Ils nous sont revenus par surprise cet été, trois ans après leur dernier album, avec un single ("Magic Moutain") tout aussi inattendu. Cette semaine le duo sort Encyclopedia, un album qui marque la fin d'un cycle plutôt mouvementé. Rencontre.

C'est à une terrasse du neuvième arrondissement que l'on rencontre The Drums. Visuellement le duo dénote, il est tout de suite repérable. Les deux silhouettes d'éternels ado se détachent, et chacune tranche à sa manière : Jonny avec sa coupe blond platine et son air volubile, Jacob avec ses cheveux bruns et grisonnants et son air timide. Durant toute l'interview, se sera d'ailleurs le premier qui monopolisera la parole. La dichotomie et la complémentarité des deux membres de The Drums semble parfaite.

On retrouve un groupe plutôt en forme, ravi d'être à Paris et d'enchaîner les journées promos aux quatre coins de l'Europe. La tournée du second album terminée, le duo décide de prendre une année sabbatique et de disparaître de nos écrans pendant trois ans. Après avoir vécu une hype fulgurante, des embrouilles dans le groupe - The Drums est revenu pour cet album à sa formation originale de duo - et des prises de tête avec le manager, le groupe a décidé de jouer la carte de l'autisme. Cet album, Encyclopedia, a été enregistré dans le plus grand secret, dans une petite pièce exiguë qu'un pote leur a prêtée à New-York, sans personne d'autre qu'eux dans ce studio de fortune : "A la fin du Portamento Tour on s'est retrouvé seul, on s'est senti seul, et juste complètement épuisé […] On a pris une année off, on a récupéré des forces et quand on s'est retrouvé on s'est dit 'Faisons un disque!'. Finalement c'était juste nous deux faisant exactement ce qu'on avait envie de faire. "

Une seule question a traversé la tête de ces ados-trentenaires : « What's the dream album ? ». Pour "accoucher" d'Encyclopedia, comme le dit Jacob, le groupe a eu besoin de disparaître. Continuant d'alimenter le mythe de l'adolescent torturé et reclus dans sa chambre, les deux compères ajoutent : "Au début c'est inconfortable, mais comment tu veux enregistrer un super morceau si tout va bien ?". Le processus n'a donc pas changé nous dit Jacob : "C'est toujours comme ça qu'on fait nos albums! Dans ce sens là, on refuse de grandir. C'est notre 'never neverland' ! (rires)". Et les structures pop d'une radicale efficacité n'ont pas bougé non plus : "On a toujours fait attention à maintenir les règles fondamentales du groupe : des pop songs, de la sincérité, des paroles honnêtes".

Le premier single de l'album sorti cet été, « Magic Moutain » aux sonorités assez éloignées de ce à quoi nous a habitué The Drums, avait donc bien pour but de déstabiliser les foules. Sur le reste du disque, on retrouve ce mélange immédiat de surf-music et de new-wave, de tristesse et de mélancolie malgré tout fulgurantes. L'album est cependant moins nerveux, et plus complexe que ces prédécesseurs : "C'est probablement parce qu'on a pris notre temps et réfléchi [les autres ont été composés sur la route, ndlr.]. On a aussi un peu grandi : tu es jeune et un peu bizarre puis en vieillissant tu te dis 'je serais toujours un peu bizarre'. Tu l'acceptes beaucoup mieux".

On retrouve bien le côté torturé du duo sur le disque, avec des chansons aux textes parfois arrache-coeur, mais eux n'ont jamais eu l'air aussi bien, aussi sûrs d'eux. Et si leur musique a toujours eu tendance à regarder en arrière, vers les canons de la pop music, Jacob et Jonny ont pendant longtemps fui leur passé (que ce soit leur enfance ultra-chrétienne ou leurs précédents albums). Aujourd'hui, ils l'assument beaucoup mieux : « C'est une balance délicate que de pouvoir regarder vers le passé sans y vivre. On a beaucoup été nostalgique mais on a toujours essayé d'être réalistes aussi. Aujourd'hui il n'y a plus d'intérêt à repenser à tout ce qu'il s'est passé. On fait ce qu'on a à faire, on avance. ». Même le divorce avec les autres membres du groupe semble moins douloureux : "On paye toujours la pension alimentaire ! (rires) Quand un couple divorce, il se dit 'on peut rester amis', mais tu réalises que tu n'as rien en commun et que c'est pour ça que tu as divorcé ! On a décidé de se concentrer sur notre album et s’ils reviennent un jour dans nos vies d'une merveilleuse manière... Mais ce n'est pas notre but de faire que ça arrive. »

Le temps de la fulgurance et de la fuite en avant est bel est bien terminé. The Drums s'est assagi, et même si une partie de l'alchimie du groupe tient dans la mélancolie, impossible de ne pas voir la lumière qui se dégage aujourd'hui du duo. Il n'y a pas si longtemps, le groupe déclarait impossible pour lui de remuer le passé et il était allé jusqu'à avouer ne plus en pouvoir de jouer ses tubes comme « Let's Go Surfing ». Maintenant Jacob prend les choses avec philosophie : « Jouer 'Let's Go Surfing' à un concert c'est comme chanter 'Happy Birthday' à quelqu'un que tu aimes. Tu n'aimes pas le morceau, mais tu aimes la personne. Ça paraît être la bonne chose à faire. »

D'où le titre de l'album, Encyclopedia : "Le titre joue avec l'idée qu'on s'est beaucoup cherché, personnellement et en tant que groupe. Et puis une encyclopédie ça se met à jour tout le temps : on supprime les vieilles informations et on en ajoute de nouvelles, comme nous". Les voilà « experts d'eux-mêmes ».

>>> Cliquez sur la pochette ci-dessous pour écouter Encyclopedia 

31240thedrums