JE RECHERCHE
5 beaux souvenirs de Burning Man

5 beaux souvenirs de Burning Man

Si vous étiez coincés en France pendant le Burning Man, séchez donc vos larmes : les chanceux n'ont pas manqué d'envoyer des cartes postales ! 

Burning Man vu du ciel

Quand le festival se fait filmer par un drone, ces grandes étendues de sable prennent un air mystique... Et on se rend compte à quel point le site est étendu ! Note pour l'année prochaine : faire comme tout le monde, et ramener son vélo ou son minibus (encore mieux). 

">Drone's view of Burning Man 2014 from Eric Cheng on Vimeo.

Le no man's land complètement fou

En parlant de minibus, les moyens de transport des festivaliers sont peut-être tout aussi fun à regarder que les nombreuses installations du Burning Man. Un participant, armé de sa caméra, s'est amusé à traverser la "plage" (cette espèce de grande étendue de sable où on croise des gens vraiment étranges) et a filmé les plus beaux véhicules du site : camion-chenille, bus-bateau pirate, vélo-baignoire... Pour tous les goûts et toutes les tailles ! L'image tremble un peu, mais on peut comprendre : 

Love love love

Arty et indé, le Burning Man est avant tout néo-hippie. Résultat, Stefan Spins (un habitué du festival spécialisé dans le jonglage, les arts du cirque et le hula hoop) a réalisé une vidéo toute d'amour vêtue. On remarque le nombre de couple d'un certain âge, les amoureux d'un jour, les jeunes trentenaires presque mariés... Tout le monde déguisé, dans le sable, en train de danser. Mignon. 

The Embrace

Oeuvre majeure et monumentale (22 mètres de haut), The Embrace figure un couple prêt à s'embrasser. A l'intérieur, une "cathédrale" de plusieurs étages, où deux coeurs rouges battent en cadence. C'est beau, et c'est éphémère : le tout dernier jour du festival, The Embrace a complètement brûlé. Souvenir : 

Quelques mots pour tout résumer

Le comédien Zouheir Zerhouni a écrit un article pour la plateforme participative Le Plus (dépendant du Nouvel Obs). Le veinard était au Burning Man, et ne s'en est visiblement pas remis. Morceau choisi :

"Plusieurs fois en regardant la playa autour de moi, je me suis sérieusement demandé si j'avais eu une crise cardiaque, un accident de scooter, si le Paradis, c'était ça. Clémence me l'avait dit : oui c'est une secte, oui c'est une religion. Sauf que les Dieux, c'est nous. Voilà."

"Je n'ai jamais aimé et été aimé par autant de gens à la fois. Je ne les ai jamais trouvé aussi beaux. Je ne me suis jamais trouvé moi-même aussi beau. Je n'ai jamais autant ri, je n'ai jamais autant pleuré, je n'ai jamais autant dansé, on ne m'a jamais autant offert, je n'ai jamais autant donné et je n'ai jamais dormi. Pas besoin."

"C'est certes la fête la plus folle du monde pendant une semaine, mais la dimension spirituelle y est omniprésente. Je suis tellement reconnaissant. Je remercie tellement la vie de m'avoir emmené là-bas. J'ai l'impression de voir à 360 degrés, je vois de nouvelles perspectives de tous les côtés. Les burners habitués comme les virgins sont accueillis par des "Welcome Home", et aujourd'hui je comprends pourquoi."

L'article complet est à retrouver ici