JE RECHERCHE
Tournée "On the run" : Jay-Z & Beyoncé ou la machine de guerre médiatique

Tournée "On the run" : Jay-Z & Beyoncé ou la machine de guerre médiatique

Jay-Z et sa Queen B débarquent à Paris les 12 et 13 septembre au Stade de France, dans le cadre de leur tournée mondiale "On The Run". Le principe même d'organiser une tournée en couple en dit long sur le flair des deux tourtereaux lorsqu'il s'agit de communication. Green Room Session vous décrypte tout ça.

Dans le secret de leur chambre, les fans de Beyoncé et Jay-Z préparent peut-être déjà banderoles, photos et briquets pour se préparer dignement à la grand-messe qui s'annonce au Stade de France. Les deux superstars fouleront la scène de Saint-Denis les 12 et 13 septembre pour les deux derniers concerts d'"On The Run", dont le prix des tickets était fixé entre 50 et 100 euros, voire 600 euros pour le pack VIP en tribune présidentielle.

De quoi rendre un peu plus gironde la silhouette de leur fortune personnelle, estimée à 1 milliard de dollars. Selon le magazine américain Forbes, le couple touche 5 millions de dollars (3,8 millions d'euros) par concert sur une tournée qui devrait rapporter au total 100 millions de dollars. Cela fait d'"On The Run" la deuxième tournée la plus rentable de l’histoire, derrière "360° Tour" de U2, qui avait duré de 2009 à 2011. Une belle réussite financière et le résultat d'une longue stratégie de communication – et d'un certain talent certes – qui a débuté bien avant cette tournée de 21 concerts et se poursuit aujourd'hui.

rs_500x269-140404142018-coney-island

Accusés de booster les ventes avec de fausses rumeurs

Il y a d'abord eu la sortie de cet album surprise, BEYONCE, en décembre dernier, vendu uniquement sur iTunes dans un premier temps et accompagné d'une vidéo pour chaque titre. Affolement général, en cinq jours 1 million d'albums étaient vendus. La chanteuse de r'n'b prouvait alors sa parfaite maîtrise du jeu médiatique, coiffant au poteau tous les autres rois des charts anglo-saxons. Il y avait eu ensuite la diffusion d'un documentaire qui lui était consacré sur HBO, hagiographie télévisuelle assez sirupeuse mais qui avait ravi ses admirateurs. Un bon coup de pub pour Beyoncé qui en plus trustait l'une des chaînes les plus respectées en matière de création audiovisuelle. Le temps était donc venu d'exploiter à son maximum l'image du couple, arme marketing ultime.

beylove24

Exaltant une certaine idée de la méritocratie à l'américaine, cette image un peu décrépite du self made man, les deux stars n'ont eu de cesse de mythifier leur parcours personnel et leur couple. Imaginez : un ancien bad boy devenu businessman amoureux d'une chanteuse sexy et ultra bosseuse, tout deux se hissant au sommet. Une histoire parfaite et la rampe de lancement idéale pour une tournée commune : « On The Run », avec un concert parisien diffusé le 20 septembre sur HBO. Et comme attendu, Jay-Z et Beyoncé mettent en avant leur vie parfaite lors de shows à la scénographie forcément gargantuesque avec numéros pyrotechniques, tenues incroyables, et beaucoup de fumée. Sur un écran géant, défilent des photos de leur mariage, de leurs activités familiales voulues "normales", et même des vidéos personnelles où l'on voit Blue Ivy babiller.

beyoncesmile432

Une plongée dans l'intimité du couple qui contraste avec les rumeurs récentes de divorce. Fin juillet, "une source proche du couple" jouait ainsi les oiseaux de mauvais augure dans le New York Post : "Je doute qu’ils puissent tenir jusqu’à Paris", disait-elle. Mais ne serait-ce pas là encore une stratégie de communication ? Les on-dit tout comme le "Solangegate", cette dispute dans un ascenseur entre Solange Knowles et Jay-Z, n'auraient rien de vrai. Le père de Beyoncé estimait récemment qu'il s'agissait surtout de booster les ventes de "On The Run" et des albums de la sœur de Beyoncé. "Ça s'appelle le coup du Jedi", a-t-il expliqué de manière assez sibylline au micro de KRBE, une radio locale texane. Dans ce labyrinthe de la communication, difficile de savoir ce qui relève du réel incident de parcours ou du coup médiatique.