JE RECHERCHE
Il l'a dit : "Je n’ai pas honte de dire que je fais du marketing."

Il l'a dit : "Je n’ai pas honte de dire que je fais du marketing."

Entre ses multiples concerts et le lancement de sa collection de vêtements, Stromae revient sur sa success-story pour l'hebdomadaire Challenges et il le fait sans langue de bois !

Dans une interview accordée au magazine économique Challenges, Stromae revient sur son succès planétaire. C'est avec une franchise indéniable que Paul Van Haver (de son vrai nom) explique sa démarche et certaines facettes de son projet : «Je n'ai pas honte de dire que je fais du marketing. Cela fait partie de mon travail. Je regarde souvent les publicités qui circulent sur le Net et, parfois, je m'en inspire.».

Plus qu'un simple chanteur, le Bruxellois incarne aujourd'hui un projet artistique global qui n'a pas eu peur de se frotter aux plans de communication ni au personal branding pour réussir. Une stratégie rondement menée, puisqu’avec lui l’industrie musicale ne connaît pas la crise : ses concerts sont à guichets fermés et les nombres de vues de ses vidéos comme ses ventes de CDs se comptent en millions.

Un peu plus loin dans l'interview, on comprend mieux comment l'artiste est parvenu a étendre son capital sympathie à un public extrêmement large. Sans parler de sa carrière artistique, Stromae a su tirer profit de chaque expérience qu'il vit et c'est sans doute ce qui rend son personnage et sa musique si accessibles :  "Quand j’ai bossé comme serveur dans un fast-food de Bruxelles, j’ai appris deux choses essentielles : gérer la pression et rester souriant avec les clients en toutes circonstances".   Le "maestro" de la chanson française semble s'être astreint à cette règle autant sur le devant de la scène qu'en dehors pour séduire et fidéliser ses fans et les maisons de disques.

UPDATE 05/09/2014

Dans une interview accordée au magazine Complex, Stromae annonce une mise en standby de sa carrière musicale : "Pour le prochain album, je pense que son succès a été si important que je vais prendre pas mal de temps pour retrouver une vie normale, donc peut être que je vais attendre deux ou trois ou quatre ans avant d'en faire un autre. Je ne suis pas sûr. Je veux faire de la musique, mais j'ai aussi envie d'avoir une vie normale."