JE RECHERCHE
Les ventes d'albums font leur pire score aux Etats-Unis depuis 1991

Les ventes d'albums font leur pire score aux Etats-Unis depuis 1991

La musique en streaming a depuis longtemps supplanté la vente d'albums dans le cœur des mélomanes. Et le nombre d'achats aux Etats-Unis cette semaine, le pire depuis 1991, en atteste une nouvelle fois, rappelle Billboard Magazine.

Un peu plus de 3 millions c'est le chiffre annoncé outre-Atlantique pour les ventes de disques cette semaine, selon Nielsen SoundScan, base de données américaine qui observe les évolutions du secteur. Un bilan qui semble ridiculement petit, au regard du nombre de personnes en âge d'acheter de la musique aux Etats-Unis. Rappelons que le pays compte quelque 313 millions d'habitants. Pour rappel, en 2013, 4,88 millions d'albums avaient  été vendus à la même période aux Etats-Unis 

Ce bilan n'est bien sûr pas un accident de parcours, mais s'inscrit dans une tendance qui secoue le marché du disque depuis une dizaine d'années et largement commentée. Ce n'est donc pas vraiment une surprise, mais plutôt la triste résultante d'une baisse qui a été continue tout au long de l'année aux Etats-Unis. Et si l'on regarde les chiffres globaux, ce n'est pas plus brillant.

Même tendance en France

Cette année, la vente d'albums aux Etats-Unis enregistre une baisse de 14,6%, tandis que la vente digitale baisse de 11,7% et celle de morceau à l'unité de 12,8%. "Cette année, les dirigeants de labels ont finalement dû accepter quelque chose qu'ils refusaient d'admettre l'année dernière : le streaming est en train de cannibaliser les ventes digitales", a confié le chef de vente d'un label à Billboard. Des labels d'autant plus inquiets que le chiffre le plus bas de ventes d'albums devient souvent l'année suivante le plafond de ventes. Ce qui voudrait dire que les ventes en 2015 pourraient ne pas dépasser les 3 ou 4 millions.

En France, la tendance est aussi à la baisse. Après un regain en 2013, le marché a enregistré un repli de 7,1% au premier trimestre 2014, selon les chiffres publiés par le Snep, principal syndicat de producteurs de disques. Une tendance mondiale donc, qui touche de plus en plus durement les acteurs de l'industrie du disque.