JE RECHERCHE
De la prison à sa collaboration avec Madonna, 5 choses à savoir sur Diplo

De la prison à sa collaboration avec Madonna, 5 choses à savoir sur Diplo

Alors que le DJ et producteur américain sort ce lundi un nouvel album, Random White Dude Be Everywhere, Green Room Session revient sur les 5 choses drôles, effrayantes ou ridicules à savoir sur le blondinet.

Il passe ses nuits avec Madonna... en studio

Il y a quelques semaines, on apprenait que la reine de la pop avait fait appel au producteur pour son prochain album. Diplo a révélé quelques détails dans Billboard sur la façon dont se dont déroulées les premières séances d'enregistrement à New York. "L'une des chansons est super bizarre", a expliqué le DJ.

madonna

Mais comment cela ? "Un soir tard au studio, (...) elle a improvisé un petit quelque chose dont nous avons fait une chanson. Je pense que cela peut être un tube si elle parvient à bien l'arranger".

Il a un tatouage de castor tenant un fusil

En raison de sa passion enfantine pour les dinosaures, Diplo s'est fait tatouer un petit dessin représentant l'une de ces bestioles depuis longtemps trépassées sur le bras droit. Mais parmi ses nombreux tatouages, le producteur en possède un bien plus étrange : un castor !  

 

 On avait découvert ce tatouage bizarre, digne de l'une des plus belles œuvres d'un gamin de maternelle, à l'occasion d'un selfie de l'Américain posté sur Facebook. Avec des pansements sur le corps, il disait s'être fait poignardé et mordu par un chien. Quel homme ! Nous, on a surtout remarqué ce castor tenant un fusil... Mais pourquoi donc ? On mène l'enquête.

Il a tourné un film dans les favelas

Si si, Diplo a également des talents de réalisateur, pour en juger il suffit de voir le film " target="_blank">ici

Après des études de cinéma et de musique à la Temple University de Philadelphie, aux Etats-Unis, il a sorti le documentaire Favela On Blast en 2008. Le film co-réalisé avec avec un certain Leandro HBL est consacré au baile funk.

Le docu revient sur la fièvre portée par cette nouvelle danse qui embrasait alors les favelas de Rio, supplantant tous les autres genres musicaux. Pour le tournage, les deux hommes ont planté leur caméra dans l'un des plus grands bidonvilles d'Amérique du Sud, Rocinha.

Diplo est un bad boy

Malgré sa blondeur juvénile, Diplo n'est pas si sage. Il y a quelques années, il s'est retrouvé en prison après une bagarre dans un bar qui a mal tourné. "L'homme a porté plainte, a explique le DJ dans une interview à GQ en 2011. J'ai dû passer devant le tribunal plusieurs fois et après à un stage de gestion de la colère". Tout un programme. Il revient sur le temps passé en prison dans cette vidéo ci-dessus. 

"Aller à ce genre de stage tous les mardis avec des ados voyous qui tabassent leur cousin et les écouter parler de leur vie, c'est une sacré punition". On veut bien le croire.

Il distribue de la musique gratos

Non Diplo n'est pas un producteur vénal comptant ses billets chaque soir. En tout cas c'est ce qu'il tient à montrer. En plus d'être le fondateur d'un organisme de charité, Heaps Decent, il a crée en 2011 un label qui ne publie que de la musique gratuitement.

The Jeffrees, branche de son label Mad Decent, compte ainsi 20 productions toutes gratuites et son EP Express Yourself était sorti chez Jeffrees en 2012. L'idée est également de pouvoir produire de la musique plus expérimentale par ce biais.