JE RECHERCHE
Quand Andy Warhol donnait dans le cinéma : 5 films à (re)découvrir

Quand Andy Warhol donnait dans le cinéma : 5 films à (re)découvrir

Warhol n'était pas seulement un peintre hors pair, l'artiste s'est aussi essayé à la réalisation et à la production de films. Petit tour d'horizon sur son cinéma d'avant-garde.

Perçu comme l'un des pionniers du pop art, Andy Warhol influence encore aujourd'hui de nombreux univers picturaux (aussi antinomiques soient-ils) de la publicité au graffiti. Quand on évoque Warhol on pense souvent à ses portraits colorés de Marilyn ou à ses 32 boites de soupe Campbell. Mais l'artiste n'était pas seulement un peintre de génie. À l'époque où il fonde la Factory en 1964, Warhol produit aussi le premier album des Velvet Underground The Velvet Underground and Nico et s'essaye au cinéma.

Jeudi dernier, le Museum of Modern Art de New York (MoMA), le musée d'Andy Warhol de Pittsburgh et la société de production MPC (Moving Picture Company) ont annoncé leur collaboration autour d'un projet de numérisation de ses courts et longs métrages. À cette occasion, Green Room Session vous propose une petite rétrospective de ses films d'avant-garde, le tout compilé en un top 5. 

Sleep

Les projets expérimentaux de Warhol débutent en 1963 avec Sleep, un long métrage de 4 heures et 45 minutes qui devait durer à l'origine huit heures (soit le temps d'une nuit de sommeil). Considéré comme un "anti-film" (sans réel scénario), Sleep est composé d'une série de plans dupliqués où l'on voit le poète Jonh Giorno chez lui, en train de dormir.

Empire

Dans la même veine que Sleep, Empire est un plan fixe en noir et blanc de l'Empire State Building, tourné depuis le 41ème étage du Time-Life Building. Warhol a filmé la tour en plan séquence en vingt-quatre images par seconde pour ensuite le ralentir et le projeter en seize images par seconde, soit huit heures de film au lieu six. Des jeux de lumières s’opèrent entre les éclairages extérieurs et les bureaux qui s'allument et s’éteignent au fur et à mesure que l'on avance dans la nuit.

Vinyl

Première adaptation inspirée du roman L'Orange Mécanique d'Anthony Burgess, réalisée en 1965 (six ans avant la version de Kubrick donc). Vinyl à l'inverse des deux films ci-dessus n'est pas un film muet et utilise une bande son où figure des morceaux de groupes d'anthologie comme les Rolling Stones ou les Kinks. L'intégralité du film est compilé en une playlist juste en dessous :

La série de "Screen Tests"

De nombreuses personnes sont passées par la Factory : des célébrités, des amis et des muses de Warhol. Lors de la venue de ses invités, il les filmait pendant quelques minutes à la façon d'un portrait photo. Parmi ces 50 Screen Tests réalisés entre 1964 et 1966 on compte notamment ceux de Bob Dylan, Salvador Dalí, Lou Reed, Nico, Dennis Hopper, Donovan etc...

Chair pour Frankenstein

Connu aussi sous les titres Flesh For Frankenstein et Andy Warhol's Frankenstein, ce film a été produit par Andy Warhol et réalisé par Paul Morrissey et Antonio Margheriti. Comme son nom l'indique, Chair pour Frankenstein est un film d'horreur inspiré du roman de Mary Shelley. Le synopsis vous le connaissez : un savant fou tente de donner la vie à d'étranges créatures qu'il a crée à partir de cadavres et d'êtres humains encore vivants. Chair pour Frankenstein fait partie des premiers films réalisés en 3D pour que les spectateurs puissent profiter d'effets très réalistes grâce au port de lunettes polarisantes.