JE RECHERCHE
Morrissey, insatiable polémiste

Morrissey, insatiable polémiste

Info ou intox ? Morrissey, leader légendaire des Smith, se serait fait mettre à la porte de sa maison de disque. Et une polémique de plus au compteur...

C'est l’imbroglio complet. Morrissey a-t-il ou non été lâché par sa maison de disque ? Le 5 août, il publiait un communiqué sur le « Morrissey zine » True to You, un fan site sur lequel l'ancien leader des Smiths fait ses annonces. Deux semaines seulement après la sortie de son dernier – et très bon – album Peace World Is None Of Your Business, le chanteur anglais tape sur sa maison de disque dans une tirade dont lui seul a le secret : l'industrie de la musique est une "déception publique", écrit-il, avant d’enchaîner sur un pamphlet qui mélange allègrement devise française, monarchie, Tony Blair et George W. Bush, et le végétarisme. Bref, du grand Morrissey.

world peace

Quatre jours plus tard, le même site, True to You, annonce que la maison de disque Capitol Records/Harvest a mis fin à sa relation avec le chanteur. Rumeur démentie par la maison de disque au magazine Billboard. Morrissey répond le jour suivant, toujours par le même média, et insiste qu'il est bien sans label et que ses avocats travaillent présentement à mettre fin au contrat qui le lie à la maison de disque. Une situation ubuesque qui nous aurait sûrement étonné si elle ne venait pas de Morrissey, prince de l'absurde et roi de la polémique. Passage en revue des faits d'armes de l'ancien leader des Smiths.

1 / Ses fans 

C'est une histoire pour le moins étonnante – même de la part de Morrissey. Son ancien garde du corps, Bradley Steyn, l'accuse de tentative de meurtre, d'agression ou quelque chose dans ce goût là. D'après lui, Morrissey l'aurait viré après qu'il a refusé de jouer des muscles avec un fan envahissant. Le chanteur aurait en effet voulu que sa protection rapprochée "fasse mal" à un certain David Tseng, derrière le site Morrissey-solo.com, qui commençait à « envahir sa vie personnelle », rapporte le site-tabloïd TMZ.

Morrissey déteste notoirement ce site, contre lequel il avait entamé une procédure en 2003. En 2011, il demandait à ses musiciens de porter des t-shirts arborant le slogan « Fuck Morrissey-solo.com » (une technique qu'il affectionne particulièrement, comme nous pourrons le voir plus loin). Histoire rocambolesque, certes. N'empêche que l'ancien leader des Smiths a tenu à s'expliquer à travers le site True to You.

fuck

« Je suis au courant de la fausse histoire que [Bradley Steyn] a placé dans divers sites d'actu, dans laquelle il affirme que je lui ai demandé de « blesser » (tuer?) David Tseng. Même si l'histoire de Steyn prête au ridicule, je dois dire à ceux qui ne l'ont pas encore compris que c'est un insultant mensonge. Il est de notoriété publique que je n'aime pas SoLow, et je suis au courant que toutes les opinions postées sur le site sont contrôlées ou écrites par David Tseng, et que David Tseng donnera une publicité maximum et non exhaustive de n'importe quoi de négatif dit à propos de moi.(...) Il n'y a rien de nouveau ici, et j'ai depuis longtemps accepté ça. (…) Aussi relativement irritant soit David Tseng, il ne me trouble pas assez pour que j'en ai quoi que ce soit à faire. »

Morrissey donne sa propre version de l'affaire : Bradley Steyn essaie simplement de lui extorquer de l'argent. La plainte est désormais entre les mains de la police de Los Angeles, précise le chanteur. On devrait donc en savoir plus bientôt.

2 / La musique

Génie de notre temps, Morrissey pose un jugement tranché sur la musique. Déjà en 1983, soit un an après la formation des Smiths, le chanteur estimait que « la musique populaire a besoin d'un cerveau en ce moment ». Il ajoutera plus tard qu'en Angleterre "la musique pop semble être maintenant seulement pour les enfants. ».

L'Anglais n'est pas plus tendre avec l'indie : « Le mot 'indie' n'a plus de sens. Il a été tellement utilisé que les gens pensent que ça veut seulement dire cheveux verts » (on ne comprend pas vraiment non plus) ou avec la musique noire, dont il « déteste » ses contemporains : « Je déteste Stevie Wonder. Je trouve que Diana Ross est horrible. Je déteste tous ces albums dans le Top 40 – Janet Jackson, Withney Houston. Je crois qu'ils sont infâmes à l'extrême ». La palme revient tout de même à la dance, « le refuge des déficients mentaux. C'est créé par des gens ennuyeux pour des gens ennuyeux ».

3 / Les autres artistes

D'une manière générale, Morrissey a toujours un mot doux pour les artistes.

Oasis : « Je les trouve fades » ; The Cure : « Robert Smith [le chanteur et guitariste, Ndlr] est un pleurnicheur » ; Lady Gaga : « Rien de nouveau » ; Madonna : « Plus proche de la prostitution organisée que de quoi que ce soit d'autre » ; Elton John : « Il ramène sa fraise tout le temps pour tout nous raconter de sa vie privée. Tout le monde s'en fiche, il devrait juste partir » ; les Beckham, il voudrait « les flageller » pour être « insupportables pour toute personne dotée d'intelligence ».

Fait notable, Morrissey déteste aussi les gens aux cheveux longs : « les cheveux longs sont une offense impardonnable qui devrait être punie par la mort ». Selon lui, d'ailleurs, « si vos cheveux ne vont pas, c'est votre vie entière qui ne va pas ».

4 / La famille royale

C'est l'une des marottes favorites du chanteur. Il déteste cordialement la Reine, « le dictateur ultime », « méprise la royauté » et la « désormais énorme, dépensière et inutile famille royale » dont le train de vie « excessivement luxueux » est financé par les contribuables.

En 1994, alors que le prince vient de se faire agresser par un étudiant australien, le chanteur déclare « J'aurais aimé que le prince Charles se soit fait tuer. Je crois que le monde aurait été un endroit plus intéressant ». Il le félicitera tout de même lorsque celui-ci bannira le foie gras de ses réceptions.

En 2012, il demandera à son groupe de porter un t-shirt « Nous détestons William et Kate ».

5 – La viande

Dernière, et probablement favorite, marotte de Morrissey : le végétarisme. D'après une logique imparable « si tu aimes les animaux, bien sûr qu'il ne fait aucun sens de les blesser », -- et le chanteur « préfère les chevaux aux humains », avouera-t-il – il méprise tout ce qui s'apparente de près ou de loin à de la viande. C'est, dit-il, ce qui le fera arrêter d'écouter Roxy Music, dont le chanteur affectionne particulièrement le veau, situé « juste après le foie gras dans sa cruauté sauvage », estime le chanteur. C'est aussi ce qui lui fera prononcer ses mots les plus polémiques suggérant que les Chinois appartiennent à une « sous espèce » (tout en se défendant de racisme, « le racisme est au-delà du sens commun et n'a aucune place dans notre société »).

En 2009, il quitte la scène de Coachella, dérangé par les odeurs de barbecue : « Je peux sentir l'odeur de chaire brûlée... J'espère qu'elle est humaine ». Morrissey, décidément peu avare en polémique, semble en effet préférer le sacrifice humain à celui animal. A propos d'Elton John, encore, il affirmait « Amenez moi sa tête... Pour une fois la viande ne serait pas un meurtre, si c'était servie sur une assiette. » Charming man.