JE RECHERCHE
Nos adresses pour vraiment manger "fait maison"

Nos adresses pour vraiment manger "fait maison"

Alors que la loi sur le label "fait maison" est enfin entrée en vigueur, petit tour de France de restaurants où on mange vraiment comme chez nous... Mais en mieux.

Le label « fait maison », késako ?

Après presqu’un an de négociations, de retours en arrière et de revendications en tout genre, ça y est : la loi sur le label « fait maison » est passée le 13 juillet dernier, parfait pour savoir ce qu’on mange en vacances. Mais à quoi correspond ce dessin de casserole surmontée d’un toit apposé sur les cartes ou les devantures des restaurants ? A beaucoup (trop) de choses, en fait. Pour être autorisé à utiliser le petit logo, il suffit de préparer ses plats au sein du resto à partir de produits bruts. Problème : rien n’oblige les restaurateurs à utiliser des ingrédients de bonne qualité, l’appellation « produit brut » comprenant aussi les aliments surgelés ou prédécoupés… Bref, tout ce qui n’a pas déjà été cuisiné. Du coup, les adeptes du « vrai » fait maison voient d’un très mauvais œil cette loi, qui part pourtant d’une attention louable, alors que plus de 80 % des restaurants français pratiqueraient une cuisine dite « d’assemblage ». Mais, comme l’explique Le Monde, un plat de joues de bœuf (congelées) aux carottes (livrées épluchées et émincées) peut très bien prétendre au label « fait maison ».  

tumblr_inline_mgoh6rarsc1rz0x9z

Pour s’y retrouver, le label « Restaurateurs de France » reconnu par l'Etat et créé par les restaurateurs, est, lui, « un gage de confiance et de transparence pour tous ceux qui souhaitent retrouver le goût de la cuisine française », un peu dans le même principe que le macaron « Qualité tourisme », délivré par le Ministère du Tourisme. Aussi, les établissements « Maître Restaurateur » sont tenus d’utiliser plus de 80 % de produits frais. Mais c’est surtout le label « Restaurant de qualité », décerné depuis 2013 par le Collège culinaire de France, qui peut offrir une alternative de qualité au label « fait maison ». Il se place « face à la concurrence des 'commerçants restaurateurs' qui réchauffent des plats industriels » et distingue « les professionnels pratiquant une restauration de qualité, faite maison ».

Les créateurs du site www.restaurantsquifontamanger.fr n’ont pas attendu ces multiples labels pour se mobiliser. Ils proposent un annuaire, département par département, des restaurants qui cuisinent « vraiment » : « L'annuaire est parti de notre ras le bol de se faire arnaquer, payer (et parfois cher) pour manger de la nourriture industrielle et des produits chimiques. Nous pensons que le terme "restaurant" devrait être réservé aux restaurants qui font du fait maison », nous expliquent-ils par mail.

 Les coups de cœur de la rédac'

A la rédaction aussi, on aime bien manger autre chose que des plats réchauffés au micro-ondes, d’où cette petite sélection d’adresses glanées au fil des années et aux quatre coins de France. On a essayé d’éviter les restaurants vraiment hors de prix (forcément, dans un trois étoiles, pas de risque de manger du hachis Parmentier tout juste décongelé), même si parfois la qualité doit se payer, et on attend impatiemment vos propositions !

Era Tempu à Marseille

En escapade à la cité Phocéenne, il est possible de goûter de la bouillabaisse sur le Vieux-Port. Mais si vous voulez sortir du folklore provençal pour goûter aux saveurs de l’île de beauté, faites un crochet par Era Tempu. Situé rue Sainte (à proximité du Vieux-Port donc), ce petit restaurant-épicerie vous propose de découvrir des recettes ancestrales corses revisitées à la façon moderne : burger à la Coppa, carpaccio de Lonzu, moelleux à la farine de noisettes... Certaines recettes sont même en ligne sur leur site internet ! Chez Era Tempu, tout est importé de l’île et provient de la récolte de petits producteurs corses. Avec une exception à la règle (qui est mentionné sur la carte) : un délicieux tiramisu au Nutella (concocté avec la vraie pâte à tartiner). Le service n’est pas toujours très rapide, donc il faut avoir le temps de se faire servir "à la Corse". Niveau budget, comptez environ trente euros par tête (plat, boisson et dessert) mais la qualité et la sélection très fine des produits valent bien un petit extra.

 

 

70 Rue Sainte, 13007 Marseille
04 91 33 45 59

Balthaz’art à Lyon

C'est le genre d'adresses qui nous rappelle que Lyon est la capitale mondiale de la gastronomie (si si, c'est vrai, un critique culinaire, Curnonsky, en a même fait le titre de son livre en 1935...). Balthaz'Art, un charmant bistro dans le encore plus charmant quartier de Croix Rousse, tout de rouge vêtu (pas si étonnant pour un ancien QG du Parti communiste...) et dont la terrasse fera tourner les têtes des plus insensibles touristes. Le chef, Frédéric D'Ambrosio, a le coeur tourné vers le sud et n'a pas peur de jouer des épices. Et c'est tant mieux. Du côté des entrées, gaspacho d'asperges aux pointes enroulées de speck et tuile de parmesan, tartare de brousse de brebis (un fromage laiteux) aux herbes fraîches et coulis de betteraves aux fruits rouges, ou terrine de lapin. On passe aux choses sérieuses avec le tartare à la mauresque (secret du chef), des joues de boeuf braisées et confites ou des filet de canettes et navet confit. Si les descriptions de plat à trois lignes vous font peur, pas de panique. Dans la cité des gones, on met joyeusement les coudes sur la table. Quant au prix, le chef conserve l'âme du lieu, avec des prix tout à fait abordable pour la qualité du service (environ trente euros pour un service trois plats).

balthazart_3

Site internet
7 Rue des Pierres Plantées, 69001 Lyon
04 72 07 08 88

Les Trois Seaux à Paris

Un peu moins fréquentée que sa voisine la rue Oberkampf, la rue de la Fontaine au roi abrite une des meilleures adresses de Paris pour les amateurs de bonne chère, le Bistro des Trois Seaux. Olivier, le truculent patron toujours prompt à conseiller ses clients, ne veut pas entendre parler de Rungis : ici, tous les légumes, fruits, viandes et poissons viennent directement des lieux d’élevages et de pêche et sont obligatoirement issus de l’agriculture biologique. Ayant testé les Trois Seaux il y a quelques mois, difficile de conseiller sur la sélection actuelle, mais les propositions d'automne donnent tout de suite faim : carpaccio de St Jacques, crème d'Isigny et caviar de hareng en entrée, magret de canard des Landes et jus aux cerises noires en plat, pour finir sur un crémeux au citron avec crème anglaise vanille et nougatine pistache. Aux cuisines s'active le chef Pierre Lefebvre, finaliste Masterchef 2012. Soyons honnête : à moins d'être Crésus, difficile d'aller manger aux Trois Seaux tous les midis. Comptez à la carte environ 50€ pour entrée-plat-dessert (sans boisson)... Mais les portions sont si généreuses qu'un entrée-plat ou un plat-dessert sont amplement suffisants. Dernière chose : pensez à réserver, nous ne sommes pas les seuls à adorer l'endroit !

trois seaux

58 Rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris
09 54 27 86 86

Chez Christiane à Thionville (oui, à Thionville, on sort des grandes villes de temps en temps)

Amateur de pâtes fraîches, si vos pérégrinations vous amènent en Lorraine, ne cherchez plus une adresse pour vous restaurer, on l'a trouvée : Chez Christiane, à Thionville (57100). La petite devanture avec sa porte en bois et ses rideaux verts ne paye certes pas de mine, mais l'ambiance conviviale qui y règne vous permettra d'oublier la grisaille de la région. Lieu incontournable de cette petite ville, tous les fins gourmets des alentours vous indiqueront qu'on y mange les meilleurs cannellonis, que les raviolis ricotta épinard fondent dans la bouche, que sa sauce carbonara n'a pas d'égale et surtout que toutes les pâtes sont faites maison. Mais le clou du spectacle réside dans son plat fétiche, chéri de tous : son escalope milanaise, aussi appelé « oreille d'éléphant » en raison de ses proportions hors normes ! En même temps, lorsqu'on vient manger chez une véritable « Mama » italienne, la tradition veut que les portions soient conséquentes. Et quel doux son à l'oreille que de l'entendre tanner le morceau de veau au rouleau à pâtisserie depuis le fond de la cuisine. Cerise sur le gâteau : les prix ! Comptez entre 12€ et 18€50 pour un plat qui se suffit à lui-même.

51f67fd3a8bef

Carte en ligne
28 Avenue Clemenceau, 57100 Thionville

03 82 53 84 84