JE RECHERCHE
5 spots pour faire de la musique en ville

5 spots pour faire de la musique en ville

Pas facile d'avoir son propre home-studio quand on est citadin. Quelques municipalités l'ont compris et ont décidé de ramener la musique dans la rue !

DJing du dimanche

Imaginez-vous dans un parc avec des amis. Là, assis sur une nappe de pique-nique, une envie de bon son vous prend. Difficile de mixer ou même d'avoir un son correct sans matériel adéquat. Sauf grâce aux FONO, cabines de DJs en libre-service. Deux platines alimentées à l'énergie solaire, des smartphones comme boite à vinyles et le tour est joué ! Le système audio intègre les fonctionnalités de base comme de la réverb', des échos, des filtres, de la fonction de synchro et un système CUE (commande permettant de parcourir le CD au casque afin de caler au mieux vos morceaux préférés). Triste nouvelle, les FONO sont implantés à Melbourne, Londres, Helsinki, en Suède et un peu partout aux Pays-Bas... Mais pas en France ! A quand un petit mix des familles sur les Berges de Seine ?

A la douche !

Oui, nous sommes de vraies mauvaises langues : il est en effet possible, même s'il ne s'agit pas réellement de DJing, de jouer bien fort sa propre playlist sur les Berges de Seine, sous le Pont de la Concorde plus précisément. En règle général, ce sont Radio Nova ou TSF Jazz qui se chargent de la programmation musicale des Douches sonores. Mais si le cœur vous en dit, amenez votre téléphone, prenez le contrôle des enceintes par Bluetooth et hop : vous qui étiez habitués à brailler sous la douche pourrez retourner le dancefloor au fil de l'eau.

berges

Les infos ici.

Les parapluies de Montréal

Exposée à Montréal pendant les Escales Improbables de 2011, Raindance est une installation sonore interactive qui utilise l'eau pour créer des sons et des mélodies. Crée par l'artiste Paul De Marinis, la structure depuis laquelle l'eau jaillit est truffée d'éléments électroniques qui transmettent des signaux audios imperceptibles, jusqu'à ce qu'ils rencontrent la surface du parapluie. Le visiteur, armé d'un parapluie donc, est invité à suivre le parcours : six étapes qui correspondent à six mélodies, que le spectateur pourra composer et décomposer à l'envie en dansant sous la pluie.

#t=78

L'air du vent

Quatre grandes sculptures futuristes, des capteurs météorologiques et une bonne brise : c'est tout ce qu'il suffit à l'association Electroni[k] et aux deux artistes Herman Kolgen et David Letellier pour faire vivre leur projet Eotone -- on ne s'avance pas trop en disant que le nom vient de la contraction entre "tonalité" et Éole, maître du vent dans la mythologie grecque. Eotone permet d'entendre une musique un peu particulière : celle du vent ressenti à Rennes, Nantes, Montréal et Québec (quatre villes, quatre sculptures, logique !) L'installation passera par Nantes en septembre lors du festival Scopitone et par Rennes le mois suivant pendant le festival Maintenant (sans oublier nos amis de Montréal et Québec, visiblement friands d'initiatives musicales). Si cette activité musicale n'est pas participative, le spectacle n'en est pas moins envoûtant :

Les infos ici.

Et si on jouait du piano partout ?

Ça ne vous aura pas échappé, plusieurs grandes gares française ont installé des pianos en libre service dans leurs halls. Une initiative conviviale et appréciée de tous qui a donné des idées de voyages à Vincent et Simon, deux copains ayant détourné la petite mélodie de la SNCF dans 15 gares différentes ! 3500 kilomètres parcourus en 10 jours et tout autant de concerts improvisés... Un joli retour aux sources musical, loin d'avoir été sponsorisé par la SNCF, la preuve formelle en fin de vidéo !