JE RECHERCHE
Suivre la mode de l'été n'est pas toujours une bonne idée (5/5)

Suivre la mode de l'été n'est pas toujours une bonne idée (5/5)

A chaque saison sa nouvelle tendance originale et hype… Mais pas toujours à imiter, comme porter une coiffe de guerre amérindienne.

A priori, on peut penser que c'est une bonne idée. C'est joli, festif et plutôt original. Sauf que sur la question, plus d'une personne s'est pris les pieds dans le tapis. Et qu'il serait donc peut être le moment d'arrêter.

Preuve que la coiffe amérindienne – ou plutôt coiffe de guerre -- dépasse le simple phénomène de mode, le très sérieux The Guardian s'est penché sur le sujet. Un article long comme le bras, et quelques milliers de commentaires ; pas de doute, on est bien en face d'une polémique. Et qui dure, comme l'égrène le journaliste :

  • Pharrell Williams a du s'excuser après avoir posé en Une du Elle avec une coiffe ;
  • Gwen Stephani a retiré son clip polémique où elle incarnait une Indienne avec tous les clichés inhérents ;
  • Urban Outfitters, la chaîne de prêt-à-porter britannique, est poursuivie par le peuple Navajo pour leur ligne de vêtement éponyme – dont une coiffe et les culottes « Navajo hipster panty » ;
  • Chanel s'est excusé après son défilé sur le thème des cowboys et des indiens de novembre dernier, tout comme Victoria Secret ;
  • Les Flaming Lips ont créé la controverse quand leur leader, Wayne Coyne, a pris la défense de son amie Christina Fallin, fille du gouverneur de l'Oklahoma, après qu'elle a porté une coiffe sur une photo (le batteur quittera dans la foulée le groupe en fracas). Et la liste est encore longue...

elle

Si porter une coiffe tout droit sorti d'un magasin d'un déguisement est plutôt mal vu par les natifs amérindiens, c'est que cela reflète l'ignorance de leur histoire et de leur culture, explique Ehren Thomas du trio A Tribe Called Red au Guardian. « Quand vous êtes dans un monde qui vous voit comme une mascotte avec des peintures de guerre et des plumes, les soucis de représentation prennent une importance extrême. On s'habille et on vit comme n'importe qui. On ne vit pas dans dans des tipis, on ne chasse pas le buffle. Toutes ces choses font partie d'un stéréotype qui nous déshumanise."

Le festival de musique électronique Bass Coast en Colombie-Britannique (Canada), qui se déroule sur des terres indigènes, a interdit cette année les coiffes de guerre pour "respecter la dignité du peuple aborigène". Un exemple à suivre.