JE RECHERCHE
De Berlin Calling à Guten Tag : 5 choses à savoir sur Paul Kalkbrenner

De Berlin Calling à Guten Tag : 5 choses à savoir sur Paul Kalkbrenner

Qui est Paul Kalkbrenner, le DJ Superstar qui porte des maillots de foot ? Retour sur le personnage en 5 points. 

On connait le DJ superstar, et on se rappelle vaguement qu'il a joué dans un film qu'il ne vaut mieux pas avouer n'avoir pas vu. A la veille de son live au festival Peacock, on vous a préparé les feuilles bristol pour briller en société.

1 – On le retrouve dans Berlin Calling, mais pas que

La sortie du film Berlin Calling en 2008, où il incarne Ickarus, un DJ peu recommandable dont l'abus de substances le conduira en hôpital psychiatrique, marque le tournant de sa carrière. Le film connait un franc succès et est diffusé pendant près de trois ans au Kino Theatre, à Berlin. Kalkbrenner compose la bande originale avec Sascha Funke et son frère Fritz, qui chante sur le tube "Sky and Sand". L'album finit disque d'or, se vend à près de 300 000 exemplaires rien qu'en Allemagne et lance pour de bon la carrière du DJ.

Pour Paul, ce n'est pourtant pas Berlin Calling qui a lancé sa carrière. Interrogé par l'équipe de Sónar en 2012 sur son "gros coup musical", il raconte sa version des choses. "Tout le monde dirait que c'était le film, mais pour moi j'ai percé quand j'ai été capable de m'offrir mon premier équipement pour écrire des morceaux en 1998. Pour moi c'était une plus grande percée que ce film, qui a multiplié tout ce que j'ai fait avant."

Deux ans plus tard, comme pour rappeler que la personnalité bordeline d'Ickarus n'est que de la fiction (ou presque), l'artiste sort un documentaire sur sa tournée européenne, Paul Kalkbrenner 2010 – A Live Documentary, réalisé par l'équipe de Berlin Calling.

2 – Il a d'abord été Paul dB+ sur le label d'Ellen Allien avant d'être Paul Kalkbrenner sur Paul Kalkbrenner Music

Si Paul est désormais une méga star de la scène techno, ça n'a pas toujours été le cas. Le DJ a galéré dans le milieu de la techno underground berlinoise pendant près de 10 ans. Il passe quelques nuits blanches sur les dancefloors des clubs les plus fameux de la capitale allemande -- notamment Tresor, E-Werk et Planet -- et travaille à la télé pour arrondir les fins de mois.

A la fin des années 90, Paul signe sur BPitch Control, le label d'Ellen Allien qu'il rencontre à une soirée avec son pote Sascha Funke. Il publie en 1999 ses premiers EP, Largesse et Friedrichshain EP, sous le nom Paul dB+. Il sort également sur ce label Self en 2004 et Berlin Calling en 2008.

http://youtu.be/WBsdh44ZWlI

Porté par le succès de Berlin Calling, il quitte l'écurie Allien pour créer son propre label Paul Kalkbrenner Music en 2009. Il y sort Icke Wieder en 2011, qui deviendra disque d'or avec plus de 100 000 albums vendus, puis Guten Tag, un an et demi plus tard, son dernier album en date.

3 – Il n'écoute pas de musique et n'est pas fan de son dernier album

Son dernier album, Guten Tag sorti en 2012, a été plutôt bien accueilli par la critique après un Icke Wieder un peu mou du genou. Pourtant, Paul Kalkbrenner avoue que cet album – qu'il a produit en seulement trois mois – n'est pas son favori. "Comme album, il est OK. Il a été disque d'or en Allemagne mais quand je l'écoute, j'entends que je n'ai pas pris assez de temps dessus comme je l'aurais dû. Pour le prochain album, je prendrai plus de temps." Il promet d'ailleurs un prochain album "moins techno". Quant à savoir sa date de sortie, mystère.

Par ailleurs, le producteur affirme n'avoir plus écouté de musique depuis près de 10 ans, pour éviter d'être influencé par les nouvelles sorties et "la couche de poussière" qui vient avec. A l'équipe de Sónar, celui qui insiste pour qu'on l'appelle producteur et non DJ, explique : "en tant qu'artiste musical, je dois admettre que je n'écoute jamais de musique. Je ne regarde même pas la télé parce que je sais que je m'entend mieux et que je fais de la meilleure musique quand je n'ai pas d'influence audiovisuelle. C'est peut être étrange, mais c'est le privilège d'un artiste. Si tu es DJ tu dois entendre ce qui est chaud – ce qui est nouveau, ce qui sort --, mais moi je n'ai pas besoin." D'ailleurs, l'artiste ne croit pas nécessairement au pouvoir du neuf. "Je suis très bon à raconter toujours la même vieille histoire, mais je réussis à la raconter encore toujours de manière intéressante."

4 – Son frangin est aussi très doué

Lancé grâce à Paul qui a judicieusement demandé à son frangin de poser sa voie sur "Sky and Sand", Fritz Kalkbrenner se fait petit à petit lui aussi son trou dans le paysage musical. Producteur, DJ et chanteur, le cadet a lui aussi travaillé à la télé en tant que journaliste culturel. Son deuxième album, Sick Travellin', sorti à quelques semaines d'intervalle du Guten Tag de Paul a été bien accueilli. Et pour cause : Fritz, qui joue plus de sa voix, produit un savant mélange de house, de soul et de hip hop.

5 – Il est fan de foot

Ça ne surprendra personne vu que Paul s'affiche souvent vêtu d'un maillot de foot floqué à son nom : Kalkbrenner est fan de foot. Son équipe est le Bayern de Munich et il ne manquerait leur match pour rien au monde – pas même pour un concert, avoue-t-il. "Je bloque toujours les dates où mon équipe pourrait jouer en final ou aux championnats d'Europe. En tant que DJ techno, tu peux facilement rater la Coupe du Monde si tu ne fais pas suffisamment attention pendant les bookings."

Paul Kalkbrenner jouera samedi soir au Peacock Society Festival. La veille de la finale Allemagne-Argentine. Ca tombe bien.