JE RECHERCHE
Gesaffelstein explosif, The Black Keys impeccables... On était au Main Square Festival (1/3)

Gesaffelstein explosif, The Black Keys impeccables... On était au Main Square Festival (1/3)

-----

Après une journée métal jeudi, le Main Square Festival d'Arras accueillait une prog' plus pop et électro. On y était, on vous dit tout

La tête d'affiche

Difficile de savoir qui tenait le rôle de tête d'affiche pour ce premier jour du Main Square Festival, tant les noms évoqués étaient prestigieux: Woodkid, accompagné de ses cuivres, a livré une performance touchante quoique moins ample qu'aux Solidays (Yoann Lemoine n'avait pas emmené ses violons à Arras), Skrillex a misé sur le grand n'importe quoi (et nous y reviendrons), Imagine Dragons ont explosé le compteur à cris hystériques tandis que Franz Ferdinand et The Black Keys se sont disputés le titre du meilleur faiseur de tube. Allez, accordons la palme du plus grand groupe-star à The Black Keys grâce à un lightshow magnifique et au fait qu'ils n'aient pas boudé les titres de leur album Brothers. Heureusement, parce que leur dernier-né Turn Blue n'a pas convaincu tout le monde. 

The Black Keys 6 - © Clémence Meunier

Le meilleur concert

Si le Main Square et Solidays partageait un bout de prog' en commun, le résultat s'est complètement inversé! Gesaffelstein, quelque peu en-dessous de nos espérances à Longchamp, a su se rattraper en beauté dans l'enceinte de la citadelle d'Arras: on lui reprochait de ne pas assez envoyer après ses trop nombreuses montées... Nous voilà servis avec de la grosse basse assez ghetto et un Mike Lévy dansant derrière sa console. Et le public s'en est donné à coeur joie, quoiqu'un peu fatigué après cette longue journée pluvieuse (les Bombay Bicycle Club, programmés pile poil pendant la seule averse dévastatrice de la journée, en auront fait les frais):

Pendant Gesaffelstein - © Clémence Meunier

La découverte

Beaucoup de festivaliers croisés n'avaient jamais entendu parler des Twenty One Pilots, programmés sur la scène Green Room. Pourtant, les deux Américains de Colombus (Ohio) méritent d'être connus: présentant leur style comme étant "schyzo-pop", Tyler Joseph et Josh Dun cumulent chant, rap, batterie rageuse, piano romantique... Difficile de s'y retrouver tant le mélange des genres est présent, mais ça marche. Cachés derrière leurs cagoules au début du concert, les Twenty One Pilots ont vite fini par faire tomber le masque pour livrer une performance extrême: le batteur a même fini SUR le public! Les festivaliers du première l'ont porté sur une planche pendant une bonne minute, après que le chanteur se soit également pris un bain de foule, debout sur les mélomanes plutôt costauds. On a rarement vu ça. 

Twenty One Pilots 4 - © Clémence Meunier

WTF?

On savait Skrillex adepte du gros son et des mises en scène. Sauf que débarquer à Arras dans un vaisseau spatial et réveiller tout le Pas-de-Calais avec des basses ultra-fortes, on n'est pas forcément d'accord (et les voisins non plus). Un concert rigolo, certes, mais confirmant tous les clichés qui tournent à l'encontre de ce cher Sonny Moore. 

 

 Crédit photo: Clémence Meunier