JE RECHERCHE
The Peacock Society  : les 5 coups de cœur des programmateurs (1/2)

The Peacock Society  : les 5 coups de cœur des programmateurs (1/2)

The Peacock Society a beau faire jouer les plus grands, il y a aussi du beau monde à découvrir. Qui aller voir, qui ne pas rater ? Le programmateur vous dit tout. 

On vous a déjà parlé de la programmation à la pointe du Peacock Society Festival avec Richie Hawtin, Darkside et Paul Kalkbrenner , de leur Block Party qui accueillera, entre autres, les bien nommés Masters at Work. Parce qu'il n'y a pas que les grands noms, et qu'un festival est aussi le temps des découvertes, on a demandé à Clément Meyer, boss des labels Get The Curse/ Odd Frequencies et programmateur We Love Art pour The Peacock Society de nous donner ses coups de cœur. A noter que la prog' a été concoctée à quatre mains avec Anthony de Savoir-Faire, Peacock Society étant le fruit d'un travail commun entre les deux boîtes de productions. Mais force est de constater que la moitié du duo a déjà beaucoup de flair... Alors imaginez quand on réunit les deux!

Ron Morelli

"C'est le chef de file de la révolution underground DIY qui agite la scène techno ces derniers mois. Son label L.I.E.S est un manifeste proto punk en provenance de New York et à destination de toutes les divas DJs un peu trop engoncées dans leur petit confort.

J'ai eu l'occasion de le voir mixer à plusieurs reprises et comme tout le monde, j'ai pris une claque en ressentant à nouveau mes toutes premières sensations de clubbeur. Celles où vous devenez dingues parce que vous vous laissez emporter par un truc que vous n'aviez jamais entendu avant et pourtant que vous aimez à la première seconde."

Kassem Mosse

"Si la scène allemande s'est un petit peu endormie ces dernières années, on peut compter sur Kassem Mosse (de Leipzig) pour remettre les choses en place. Il est adulé par toute une frange de nerds fanatiques (un simple lien de pré-commande de son nouvel album sur Hardwax a mis tout Twitter en émoi) et paradoxalement, il aime cultiver le mystère : très peu d'interviews, un label perso édité uniquement en cassettes, des apparitions rares mais toujours finement ciblées (Trilogy Tapes, Workshop, RVNG, Livity Sound etc.). Il se produira en live sur le stage Smallville à la Block Party le dimanche."

Jeremy Underground

"Un électron libre de la scène parisienne, c'est l'homme derrière le label My Love Is Underground, hommage permanent à la house. Mais plus qu'un style musical, ce nom s'apparente à un style de vie: collectionneur de disque acharné, il partage chaque nouvelle découverte sur son compte Instagram.

Il ouvre le festival avec son frère d'armes Brawther."

Acid Arab

"Ils finiront valeur sûre d'ici la fin de l'été tant ils auront joué sur tous les festivals français. Leur ascension depuis deux ans ne me surprend pas. Ils ont un sens du dancefloor communicatif et savent fédérer au-delà des scènes et des genres. Je connais Hervé, la moitié du duo, depuis longtemps et c'est l'une des personnes les plus curieuses et passionnées que je connaisse, très content de ce qui lui arrive avec ce projet."

Bambounou vs French Fries

"Les deux surdoués de ClekClekBoom sont une des plus belles promesses de la scène française même si leur carrière est déjà bien remplie. Ce sont les protégés de Modeselektor (Bambounou a sorti un premier album sur leur label) mais ils sont surtout impressionnants par leur capacité à synthétiser les styles, de la house Detroit à la UK bass en passant par la techno berlinoise. Le son techno club du futur. Leur set B2B en peak time le samedi devrait confirmer les espoirs."