JE RECHERCHE
149 disques de Bob Dylan découverts dans son ancien studio New Yorkais

149 disques de Bob Dylan découverts dans son ancien studio New Yorkais

149 disques acétates de Bob Dylan ont été découverts dans son ancien studio de Greenwich Village, avec des morceaux inédits et des versions alternatives de ses chansons.

C'est "l'une des plus grandes découvertes d'une vie passée à chercher". Il y a trois mois, Jeff Gold, l'un des cinq "meilleurs collectionneurs d'objets de collections haut de gamme", selon le magazine Rolling Stone, recevait un coup de fil d'un ami : deux boites de disques, étiquetées "Old record", viennent d'être trouvées.

Comme souvent, l'histoire commence par un décès. Celui de la propriétaire du 124 W. Houston Street, à Greenwich Village; une adresse dont Bob Dylan avait fait son studio d'enregistrement à la fin des années 60, début des années 70 (lui vivait à quelques pâtés de maison). Le frère en deuil met la maison en vente, la vide de ses objets et tombe, donc, sur ces deux boites de "vieux disques" ; des acétates. La plupart est étiquetée au nom de Bob Dylan et y figure l'adresse de Columbia Records et un titre de chanson. Assez d'éléments pour convaincre l'historien de prendre un avion pour New-York.

"Quand j'ai ouvert les boîtes et que j'ai jeté un coup d’œil à ce qu'elles contenaient, j'ai été soufflé, raconte l'historien sur son blog Recordmecca. Ils étaient en effet tous de Bob Dylan, tous en excellente condition et beaucoup avec des notes manuscrites sur les pochettes." Les disques sont en fait des versions utilisées par Bob Dylan pendant la création de ses albums Nashville Skyline, Self Portrait et New Morning. Certains contiennent des inédits, comme cette version électrique du Ring of Fire et de Folsom Prison Blues de Johnny Cash et une version plus gospel de Tommorrow is Such a Long Time. Sur les pochettes, des recommandations du producteur Bob Jonhston et des remarques de Bob Dylan sur ses versions favorites et les changements à effectuer.

"Ce genre de collection est vraiment rare; normalement un artiste et son producteur prendraient les décisions sur les prises, les mixages et les arrangements pendant qu'ils sont ensemble au studio. Mais Dylan vivait à New York et Jonhston à Nashville - les acétates étaient une manière simple pour Dylan de contrôler ce que Jonhston faisait", explique Jeff Gold.

C'est donc le processus de travail de l'artiste, gravé sur acétate, que Jeff Gold vient de trouver. Il conserve la grande majorité de sa collection, mais certaines de ses trouvailles sont en vente, la plus chère pour 2500 dollars. Un prix plutôt raisonnable lorsqu'on se rappelle que le brouillon manuscrit des paroles de Like a Rolling Stone a été vendu plus de 2 millions de dollars la semaine dernière. L'intégralité des copies digitales a été transmise au bureau de Bob Dylan. Affaire à suivre ?