JE RECHERCHE
Les outsiders de la Coupe du Monde... En musique

Les outsiders de la Coupe du Monde... En musique

Le Chili met l'Espagne à terre, le Costa Rica et l'Uruguay sortent de la poule de la mort et la Colombie se débrouille très bien sans son Falcao, ça, vous le savez tous. Mais ce que vous ne savez probablement pas, c'est que ces pays sud-américains possèdent aussi une scène musicale foisonnante. Si la Copa del Mundo - très Latina cette année - recèle de belles histoires de David et Goliath, le moment semble approprié pour donner une voix à ces pays qui n'attendent que de passer les quarts de finale de votre sélection musicale.

Uruguay : bailar, salsa et estomacs

En Uruguay on ne fait pas que mordre ses adversaires comme Luis Suarez, on aime aussi danser langoureusement sur les rythmiques reggae de ce groupe au titre évocateur, No Te Va Gustar, plus connu sous l'acronyme NTVG. Ils sont huit, jouent toute sorte d'instruments et proposent un mélange hybride de ska, de rock et de salsa. Et vu qu'on aime « bailar » au pays du premier vainqueur de l'histoire de la Coupe du Monde, on vous recommande aussi Jorge Drexler et ses ballades en arpèges sur des rythmes de bossa-nova. Avant d'être musicien, le bonhomme a été garde du corps et ORL, le très grand écart en somme. Et si le fado n'est pas trop votre truc, que vous êtes plutôt guitares électrisantes, vous pouvez toujours vous pencher sur le cas de Los Estomagos, premier groupe de new-wave tropicale uruguayenne post-dictature. Et ils en ont dans le ventre, Los Estomagos.

Arpèges tranquilles et rock souillard au Costa Rica

Le Costa Rica est probablement la plus grosse surprise de cette Coupe du Monde, celle à qui le costume d'outsider sied le mieux. Il faut dire que dans une poule ne comprenant que des pays étoilés (Uruguay, Italie, Angleterre), on ne donnait pas cher de leur peau. Mais le Costa Rica est un pays de guerriers et de combattants, à l'image des quatre demoiselles de Las Robertas, qui préfèrent laisser le soleil, la plage et les cocotiers pour les cartes postales. Le truc de Las Robertas, ce sont les garages crades et mal aérés, et c'est tant mieux. Du rock sale comme on l'aime, avec des guitares un peu trop aspergées à l'acide. Mais rassurez-vous on sait aussi profiter du soleil au Costa Rica, avec le folk exotique de Malpais. Entièrement en espagnol, il se révèle idéal pour se caler dans un hamac. Enfin, on l'imagine.

Colombie : hip-hop favellas et pop nostalgique

Non, la première personne qui nous vient à l'esprit quand on parle de foot, de Coupe du Monde et de Colombie, n'est pas Shakira. Bah oui, ce serait dommage vu que le pays de Valderama et Falcao regorge d'artistes plutôt doués. On en a sélectionné deux pour vous. La première est une jeune femme qui a souvent les cheveux roses ou rouges, et son nom tient en trois lettres : Foe. Avec son electro-pop façon CocoRosie ou Au Revoir Simone, elle nous donne au moins une bonne raison de croire au lendemain électro de la Colombie. Tout comme le collectif PalmaCoco (Coco comme Colombie hein), son hip-hop latino et ses flûtes jolies, qui nous offre un très bel aperçu de la musique urbaine colombienne.

Au Chili on ose l'électro

Dans nos recherches on a pu constater que le rayon électro était carrément déserté de certaines contrées. Sauf au Chili, où on est tombé sur une petite perle de la Cordillère des Andes. Bon, il ne s'agit pas proprement d'électro mais plutôt d'électro-pop, et « La Joya » le dernier single de la ravissante Javiera Mena n'est pas ce qu'elle a produit de meilleur... On lui préférera Mena, son dernier album éponyme et ses synthés mignons. Sinon il vous reste toujours les valeurs sûres, et le Chili s'y connaît : on parle tout de même de la patrie qui a enfanté quelques Nicolas Jaar et Ricardo Villalobos – enfin, à moitié... Les Marcelo Salas et Ivan Zamorano de l'électro chilienne en somme.

Pour vous éviter de fastidieuses recherches, Green Room Session vous a concocté une petite playlist spéciale outsiders de la Copa: 

Ps: Allez les Bleus!