JE RECHERCHE
5 morceaux qui nous font espérer un retour gagnant des Libertines

5 morceaux qui nous font espérer un retour gagnant des Libertines

Alors que le groupe anglais sera au Zénith de Paris en septembre et que Pete Doherty a annoncé qu'un nouvel album des Libertines pourrait être sur les rails, on vous a concocté un petit top 5 de leurs morceaux.

Que serait l'histoire du rock sans les bagarres et les retrouvailles qui secouent régulièrement les groupes les plus connus ? Les Libertines, fondés à la fin des années 90 par le célèbre (et un peu déphasé) Pete Doherty et le potentiellement plus stable Carl Barât, n'échappent pas à la règle. Séparé en 2004, le groupe s'était reformé en 2010 pour une série de concerts, rebelote cette année avec une tournée européenne qui débute en juin, et une date parisienne très attendue le 30 septembre au Zénith. Et coup de théâtre : le groupe envisagerait de prendre à nouveau le chemin des studios. "Nous parlons très sérieusement de faire un nouvel album, c'est le rêve que nous avons, vraiment", a confié Pete Doherty au NME. Pour fêter ça, on vous a préparé un petit top 5, histoire d'être prêt pour leur grand retour.

"What a waster"

Single issu du premier album des Libertines sorti en 2002, Up the Bracket, ce titre donne le ton pour la suite de la carrière du groupe : un son sans concession et qui sonne le renouveau du rock anglais à une époque un peu morne.

"Don't look back into the sun"

Parce que ce morceau est l'occasion de redécouvrir la production du groupe hors albums. Ce titre ne figure que sur un EP de sept morceaux sorti en 2003, mais il a tout de même été placé par le NME en 2007 à la position numéro 5 de la liste des" 50 hymnes indés de tous les temps". Pas mal.

"Can't stand me now"

Premier single du second et dernier album, Libertines, sorti en 2004, ce morceau au propos dur raconte, comme souvent, l'histoire d'une rupture. Au programme, espoirs déçus et amertume, un ton désespéré qui n'empêchera pas le titre de se hisser à la deuxième place des ventes cette même année en Angleterre.

"Last Post on the Bugle"

Un titre qui figure sur ce même second album. "We'll meet again some day", disaient-ils alors. C'est bien possible au vu des dernières déclarations de Pete Doherty.

"Pipedown"

Là, on triche un peu, avec un morceau de Pete Doherty mais composé en dehors des Libertines, pour son groupe formé en 2003, les Babyshambles, sur l'album Down in Albion sorti en 2005. Preuve que le talent de l'enfant terrible du rock anglais peut s'exprimer ailleurs et rejaillir de plus belle chez les Libertines.