JE RECHERCHE
 Les solutions pour "bosser dans la musique"... sans être musicien (épisode 1)

Les solutions pour "bosser dans la musique"... sans être musicien (épisode 1)

On a tous rêvé (ou pas) de monter sur scène et de se prendre pour Oasis, certains d’entre nous ont même essayé avant de se faire rattraper par le facteur talent. C’est qu’on oublie c’est qu’il y a moyen de se lancer dans la galaxie du disque avec de la volonté et de l’huile de coude. Le tout…C’est de ne pas jouer de la musique ! De booker à PR, sélection de métiers tout aussi rock’n’roll qui font avancer la musique.

BOOKER

C'est quoi ?

Booker un artiste c'est exactement comme booker un hôtel…ou presque ! Une agence de booking représente souvent un catalogue d'artistes pour qui elle s'occupe de trouver des dates de concert. Elle est la jonction logique entre les musiciens et leur manager d'un côté et les salles de l'autre. Il faut donc commencer par monter un listing d'artistes, qui ne sont pas nécessairement sur les mêmes labels ou les mêmes territoires, avant de démarcher les lieux. L’organisation se fait bien sûr en fonction des tournées déjà prévues, de la disponibilité des artistes, de leur actu, etc. Il faut donc en permanence vérifier que les dates concordent et synchroniser les montres. Il faut ensuite se mettre en contact avec les salles partenaires, ou en trouver d'autres avant d'organiser le concert en lui même. Un travail qui demande organisation et rapidité.

Les plus

- Lorsqu'on on a la chance de travailler sur le même catalogue pendant un moment, on voit les artistes évoluer, on suit leur carrière et on peut se la péter en disant « je leur ai trouvé leur premier concert dans la cave du bar machin et maintenant ils font un Zénith ». Et il arrive même qu'on vive quelques soirées rock'n'roll..

- On a la main sur les listes d'invits et on peut parfois dire à son pote « la soirée super blindée ? Ouais pas de problème je te mets sur liste ».

- On voit plein de concerts, forcément.

Les moins

- On a la main sur la liste d'invits ! Il y a des fois où on ne préférerait pas gérer ça. Entre les groupes qui jouent à domicile et décident d'inviter tout leurs potes et les journalistes qui ne payeraient une place de concert pour rien au monde il est parfois compliqué de faire tenir 250 demandes avec 50 places.

- Les périodes où les concerts et/ou les festivals s’enchaînent, on a tendance à ne pas dormir beaucoup.

Un exemple

"Super ! Agence d'épopée musicale" s'occupe de booker une bonne partie des groupes qu'on aime bien ces derniers temps : We Were Evergreen, How To Dress Well, Jagwar Ma… En plus de ça, ces gens ont réussi à faire venir le Pitchfork Festival en France, et ça, c'est la grande classe !

Le Pitchfork Music Festival Paris, le projet le plus important de Super!. Sur la photo de famille
du festival (en Une), on retrouve de nombreux membres de l'agence de booking.

RP

C'est quoi ?

Dans le jargon, RP c'est « Relation Presse », soit l’attaché(e) de presse. Le RP, c'est le pont entre l'artiste et les médias. On le reconnait facilement quand on part faire une interview : il est généralement en retrait, téléphone à la main, pendant qu’un journaliste pose des questions à son poulain. Il ne choisit pas toujours les artistes qu'il représente mais son objectif est le même : "breaker" son protégé, c'est à dire rendre le projet rentable (ce qui est loin d'être le cas habituel aujourd'hui). Il fait en sorte que même ta grand-mère te dise "t'as écouté le nouveau truc de DJ Pone ?". Et pour ça il n'y a qu'une solution : connaître un maximum de journalistes et avoir une bonne vision des médias.

Les plus

- À la belle époque (comprendre : quand on vendait encore des disques), le RP emmenait les journalistes en voyage de presse, ne payait jamais un restau et ne se promenait qu'en taxi. Aujourd'hui il reste encore quelques bons côtés même si le temps de la flambe est bien loin.

- Il noue des relations privilégiées avec l'artiste. Quand on passe plusieurs jours en promo et qu'on accompagne un groupe partout, il se crée souvent une bonne entente et parfois même une vraie amitié. Ça vaut le coup de s’user un peu (voir les moins) si c’est pour inviter Thomas Bangalter à dej’.

Les moins

- Les relations avec les journalistes qui, chroniquement, ont 200 disques encore emballés qui s'entassent sur leur bureau et qui du coup font le sous-marin. Ça va de la simple réponse tardive de mail au râteau intégral. Le RP doit donc parfois entreprendre un vrai travail de harcèlement, et c’est sûrement de là que vient la mauvaise réputation des attaché(e)s de presse.

- De l'autre côté, il y a aussi les artistes qui n'ont pas envie de se plier à l'exercice de la promo. Entre celui qui arrive tout le temps à la bourre, celui qui va passer son temps à raconter des conneries et l’ours qui répond en monosyllabe : l’échelle est large !

En exemple

Aujourd'hui directeur de promo chez [PIAS] Coopérative, le CV de Mathieu Pinaud donnerait envie à n'importe qui de troquer son synthé pour un smartphone à batterie illimitée option 4G. En quinze ans de carrière, et après être passé entre autres chez une major, il a représenté : Joey Starr, Doc Gyneco, Phoenix, Simian Mobile Disco, Digitalism... Aujourd'hui il s'occupe entre autres de : Bloc Party, The Acid, Temples, Cloud Nothings... Alors, on salive ?

ETRE CREATIF

C'est quoi ?

Inventer son métier. Puisque devenir millionnaire en travaillant dans la musique relève de plus en plus du fantasme, autant tenter d'innover. Quelques entrepreneurs malins ont su tirer parti de toutes les transformations qui ont lieu aujourd'hui et créer des structures répondant à certaines demandes.

Les plus

- On est son propre patron, on fixe ses horaires, on s'organise comme on veut...bref, on est libre !

- Si le projet fonctionne on pourra dire qu'on a été les premiers, qu'on a répondu à une vraie attente et peut être même qu'on fera couler un peu d'encre (ce qui finalement nous rapproche de la rock star).

Les moins

- Il faut commencer par trouver une bonne idée. Pas facile d’être original, lorsque SoundCloud ou Spotify sont déjà dans l'arène...

- Même le meilleur concept du monde a besoin de ressources financières et de savoir-faire. Mobiliser des gens et des compétences est souvent éreintant.

- Le succès de l'entreprise n'est jamais garanti. C'est à vos risques et périls...

Un exemple

On pourrait citer un paquet de start-ups aujourd'hui devenu des colosses de l'industrie de la musique, il suffit de penser à Deezer, véritable success story française. On préférera parler de H.O.M.E, une société de conseils et de programmes qui organise, par exemple, des Home Sessions Club. Elles permettent de mettre en relation des artistes émergents et des responsables de la pub, du cinéma, des marques ou des médias qui pourraient employer la musique de ces groupes d'une façon ou d'une autre.

Alors si vous vous êtes violemment mangé des objets dans figure la dernière fois que vous êtes montés sur scène mais que êtes bien décidé à rester dans cet univers : vous savez ce qu'il vous reste à faire.