JE RECHERCHE
Les bons tuyaux pour pique-niquer "indé"

Les bons tuyaux pour pique-niquer "indé"

Comme chacun sait, les Buttes Chaumont et le Champ de Mars, c'est surfait. Alors que le printemps nous laisse de temps en temps de magnifiques créneaux pour tâter de la pelouse à coups de brunch gluten-free et autres joyeusetés culinaires entre amis, on vous donne les astuces nécessaires pour passer un bon moment "food et détente" en extérieur sans avoir l'impression d'être dans le métro.

La tenue idéale

Qu’on habite Lille, Paris ou Marseille, ce qu’il y a de bien avec le printemps c’est que tout le monde est logé à la même enseigne. Si vous avez repéré du beau temps, vous êtes à peu près sûr qu’il ne fera pas trop chaud. Mais bon, les premières sorties pique-nique ne sont pas faites pour finir d’élimer le polaire normcore que vous avez usé pendant l’hiver. Les avant-bras et les gambettes à l’air, c’est presque un ordre !

Pour lui : Un short au dessus du genou, ils en font tous, de Element pour les plus skateux à Asos pour les branchés. Par dessus, une chemise manche longues que vous prendrez soin de retrousser, le tout réhaussé de Vans un peu funky portées sockless, avec une casquette “five panel qui va bien.”

Pour elle : la robe est presque obligatoire, elle qui sied parfaitement à l’idée de pique-nique au grand air. Optez pour le confort et le style “nature” qui colleront au décor et à ses contraintes pratiques. Avec ça, une paire de spartiates, un headband, et vous êtes prêtes à jouer les hippies chic.

Et si vous avez peur de vous exposer à toutes sortes de dangers insurmontables que Mère Nature nous colle dans les pattes, une bonne nappe à carreaux style “Bonne Maman” sur la pelouse et c’est gagné.

Bien choisir son lieu

un-dimanche-ensoleille-a-paris-rime-avec-foule-aux-buttes-chaumont_122300_w460Attention, THE point super important pour passer un bon moment. Les citadins, en particuliers les Parisiens, connaissent bien le problème : pour casser la croûte au grand air, il faut de la pelouse, et c’est une denrée assez rare dans certains coins de ville. Et quand un chouette spot est bien repéré par la communauté des amateurs de verdure, attendez-vous à avoir de l’affluence ! Le cas du parc des Buttes-Chaumont à Paris est emblématique : situé en plein coeur du 19ème arrondissement, dans son côté le plus “jeune actif cultureux bobo”, il est littéralement pris d’assaut aux premiers beaux jours, si bien qu’on se croirait parfois à La Baule en plein mois d’août (voir photo ci-contre). Et le dernier truc dont vous avez envie quand vous retrouvez les potes pour le debrief de la soirée d’hier.

Du coup, on a testé pour vous les meilleuuuuures pelouses de Paname et de plein d’autres villes.

Nantes

Le réflexe classique pour tout Nantais qui se respecte ? Se poser sur les berges de l’île de Nantes, près des Machines de l’Île, ou vers l’île de Versailles et son jardin japonais. Sauf que Nantes possède, si on se sent d’attaque pour une session tram ou vélo un peu appuyée, des coins de quasi-campagne assez proche du centre ! Le parc de Procé sera le plus “classe” et près du centre (photo ci-dessous), mais si vous remontez le cours de la Chézine (il y a des pistes pour ça), l’un des nombreux ruisseaux de la ville, vous y trouverez de grands coins de nature pour vous tout seuls.

IMG_1354(1)

Bordeaux

Oui, on sait, les quais de Garonne sont magnifiques depuis qu’ils ont été refaits. Mais ça manque cruellement de verdure et vous ne serez qu’à moitié tranquilles. Le Jardin Public peut s’avérer être une solution “proche”, mais le tram A peut vous pousser jusqu’au Parc de Bourran (photo ci-dessous), plus grand, moins fréquenté, avec un joli lac au milieu.

balado-bourran-2014-19

 Lyon

Vous êtes aux Nuits Sonores et vous voulez vous faire une pause “bâtonnets de carottes - tzatziki” entre deux nuits de folie ? Bon, dur d’échapper au classique parc de la Tête d’Or, superbe et incontournable. Sinon, sautez dans la ligne D du métro, direction Parilly, dans un parc départemental qui contient un hippodrome et plein de coins relax (photo ci-dessous).

Parilly

Rennes

La capitale bretonne ne regorge pas de parcs immenses, mis à part le Thabor en plein centre, ce parc historique étant pas mal fréquenté et surtout “classiquement relou” (beau mais blindé de pelouses interdites). Préférez-lui l’immense parc des Gayeulles (ci-dessous), pas si loin et pourvu de véritables prairies, sans aucun vis-à-vis avec la moindre habitation. Oui, vous êtes véritablement à la ville et à la campagne ! Et si vous cherchez bien, il y a même des barbecues “en dur” à dispo pour les courageux.

Parc_des_Gayeulles_de_Rennes

Lille

Près des gares se situent deux parcs, dont le parc Henri Matisse, solution pratique et centrale dans une ville à l’offre verte pas ultra-développée. Le parc des Dondaines (ci-dessous), juste à côté, semble moins fréquenté et plus “secret”. Après, si vous êtes branchés ouistitis, les pelouses et bois qui entourent la Citadelle jouxtent un parc zoologique, ce qui peut occuper votre dimanche de manière originale !

64668743

Marseille

À Massilia, il faut viser la mer plutôt que la pelouse, assez inexistante si on oublie le parc Borély ou celui du Prado. Vous avez une automobile ? Poussez jusqu’aux calanques ! Sinon, l’anse de la Vieille Chapelle ou la plage de la Corbière (ci-dessous) et le parc de l’Estaque vous tireront de la frénésie du centre-ville.

img0421corbiere800x600

Strasbourg

La ville du vélo respire le grand air au quotidien et possède de nombreux espaces verts. Mais le comble du chic si vous possédez un ami à pédales, c’est de pousser jusqu’au jardin des Deux Rives (ci-dessous) qui, comme son nom l’indique, s’étale des deux côtés du Rhin. Vous pouvez donc choisir de manger des bretzels frais côté français ou un duo camembert-baguette côté allemand !

La_passerelle_du_jardin_des_Deux-Rives_vue_du_côté_allemand

Paris

Le nombre de parcs de la capitale et leur propension à déborder de gens nous obligent à faire une sélec’ bien précise.

Les “bois” : Non, “Vincennes” et “Boulogne” ne sont pas les étendues vertes un peu glauques que l’on imagine et regorgent de petits coins de paradis, comme Bagatelle ou l’île de la Porte Jaune. Un peu loin mais ça vaut le détour.

Le parc de la Courneuve : alors là, c’est carrément loin, mais il y a un espace de dingue qui permettra de se bouger un peu après le repas (on vous en parle ci-dessous).

Le parc de la Butte du Chapeau Rouge (ci-dessous) : quand on regarde sur la carte, il a l’air près du périph’ mais ce n’est pas si gênant, d’autant plus qu’il est relativement tranquille.

Le Parc de Montsouris : on n’invente rien, même si il y a du monde, ce parc est l’un des plus agréables de Paris. N’oubliez pas qu’en face se situe la Cité Universitaire qui possède aussi ses coins de verdure squattables et assez méconnus !

Paris-sud : pas habitués à la rive gauche ? Pourtant, les quartiers plus résidentiels de Paris possèdent pas mal de plans cool dans la veine de Montsouris. Du parc Kellerman au Parc Georges Brassens en passant par André Citroën, ça vaut parfois le coup de se rapprocher du périph’ sud, tous ces petits coins étant desservis par le tram T3A.

img_3749 copie 1280x768

Qu’est-ce qu’on mange ?

Bon, on y vient. Il y a autant d’écoles que de pratiquants du pique-nique, il vous faut juste choisir la vôtre !

Le “brunch boulangère” : Premier repas après une courte nuit ? Le sucré est toujours réconfortant. Go pour une sélec’ de viennoiseries, une bonne brique de Tropicana, voire un duo brioche-Nutella (ou tout autre équivalent sans huile de palme). Les crêpes savamment choisies au marché la veille, ça marche bien aussi pour le réconfort dominical.

Le “poulet-patates” : Vous habitez près de quelques échoppes de bon aloi, ou le dimanche matin est synonyme de marché ? Craquez-donc pour un poulet à partager directement sur le papier, et à manger avec les doigts dans des assiettes en carton ! C’est pas parce que papa-maman ne nous invitent plus à manger le dimanche qu’on doit se laisser aller.

Le “frais et dispos” : En admettant que vous possédiez plein de Tupperware chez vous, l’assortiment de salades est aussi une bonne solution pour ne pas exploser le compteur de calories, Grecque, niçoise, taboulé, quinoa-petits pois frais, c’est aussi l’occase de laisser parler votre créativité.

Le “on achète n’importe quoi et on verra bien” : La solution adoptée par de nombreux gourmands en début de soirée le samedi soir, et qui marche toujours bien. Quelques jeunes carottes, du houmous tout fait, des chips, un peu de charcut’ et deux ou trois fromages à coller dans une baguette : bah oui, un pique-nique est parfois tout aussi bon lorsqu’il est improvisé.

Musique or not ?

0002Là encore, deux écoles. Le choix n’en est parfois pas un, en fonction du monde aux alentours. Non, ce n’est pas très sympa de dégainer la dernière playlist Deezer dans l’enceinte portative flambant neuve que vous rêviez d’exhiber si vous avez des voisins à moins de deux mètres de vous ! Mais si vous avez suivi nos conseils, vous devriez être tranquille pour pouvoir le faire si ça vous chante. Cependant, notre conseil : deviser et rigoler en silence avec les amis a du bon, après une semaine et un samedi soir blindés de musique.

Idées digestion

Allez, on a bien mangé, maintenant il faut…

Dormir : ouais, ça se tient, il n’y a généralement qu’à s’allonger juste à côté de la nappe. Crème solaire conseillée si votre coin manque d’ombre.

Lire : un bon roman de voyage allongé dans l’herbe, rien de mieux pour se laisser aller après un bon repas. Ce qui devrait vous ramener à la solution 1 à un moment ou à un autre.

Jouer : Pique-nique = convivialité. Sortez le Jungle Speed si vous êtes encore svelte, ou un jeu de plateau si vous êtes du genre “repu de chez repu”. Si vous pensez encore que les jeux de société sont ringards, par contre, il faut changer de siècle.

S’activer : ça, c’est vraiment pour les petits mangeurs, mais si la topographie et le vent le permettent, les activités nature qui ne prennent pas torp de place sont légion. Badminton, frisbee (la version ultimate pour les plus souples) ou slackline sont nos trois activités post-pique-nique favorites.