JE RECHERCHE
Breton : Un buzz surréaliste

Breton : Un buzz surréaliste

« OVNI musical », « renouveau de l’électronica », « groupe de londoniens atypiques », « collectif sonore protéiforme », la liste des éloges est longue et à quelques jours de la sortie dans les bacs du premier album de Breton, le bal des qualificatifs est encore loin de s’arrêter. Originaire de Londres, le groupe est ce qu’on appelle un faux ami qui n’a pas plus à voir avec la Bretagne que Daft Punk avec les Sex Pistols. Son nom, le collectif de réalisateur le doit avant tout à une autre référence française, André Breton, père du surréalisme qui a su bien malgré lui influencer cette génération de musiciens autant porté sur le son que sur les images. En moins de temps qu’il n’en faut pour poster un clip sur Youtube, le groupe s’est forgé une réputation scénique qui, de Rennes à Londres, est à l’origine d’un buzz grandissant. La preuve en images, justement.

Drôle de cocktail que celui de Breton. Plus précisément un condensé des principaux genres musicaux des années 90 à nos jours, du hip hop au math rock en passant par le Dubstep, un peu comme si Massive Attack avait été signé chez Ninja Tune avec Coldcut et Battles à la baguette et la dernière sensation – un peu surcotée – WU LYF pour les fringues et l’attitude.
Prévu pour une sortie nationale le 26 mars, le « Other people’s problem » résume bien l’affaire. Les sirènes d’alarme d’une presse en manque de sensation – remember Lana del Rey ? – et les poncifs journalistiques, Breton laisse ça à d’autres et préfère se concentrer sur ce qu’il fait de mieux : de la musique visuelle. Révélés par des clips à l’esthétique urbaine et parfois même spatiale, les anglais convainquent davantage encore en live, portés par une pulsion qu’on peine un peu à retrouver sur l’album. Enregistré en Islande, dans le studio de Sigur Ros, cet album flirte avec l’abstract hip hop, les loops et tout un pan d’histoire musicale. Avant la déferlante dans les festivals d’été et un concert parisien au Point Ephémère déjà sold-out, souhaitons leur, à l’inverse des crêpes bretonnes, de ne pas rester coller au plafond !

Breton // « Other people’s problem » // Fat Cat (La Baleine)
http://www.myspace.com/bretonbretonbreton