JE RECHERCHE
Album de la semaine: Pixies - Indie Cindy

Album de la semaine: Pixies - Indie Cindy

23 ans qu'on n'avait pas eu d'album à se mettre sous la dent: les Pixies reviennent aujourd'hui avec Indie Cindy, sans Kim Deal... Et sans grande inspiration. 

La sortie d'Indie Cindy ne sera pas une grande nouvelle pour les fans inconditionnels des Pixies: cet album n'est que la réunion de trois EPs sortis en septembre, janvier et mars derniers. Cela dit, personne n'est tenu de suivre à la sortie près les aventures du groupe mythique, et un joli corpus à la couverture orange peut s'avérer utile, d'autant que cet Indie Cindy fera date: 23 ans sont passés depuis leur dernier disque Trompe Le Monde, 26 depuis Surfer Rosa où se cache le tube "Where Is My Mind?".

Outre des projets solos, les membres du groupe ne se sont pourtant pas quittés depuis dix ans. Onze ans après leur séparation en 1993, le chanteur Black Francis (aujourd'hui Franck Black) était interviewé par une radio londonienne. Quand le journaliste évoque une reformation, Charles Thompson (son vrai nom), a déclaré: "On se voit et on jamme ensemble tout le temps!", au départ une simple blague. Sauf que cette phrase apparemment anodine a rendu fous tous les fans du groupe de rock alternatif. Se rendant compte de l'intérêt énorme suscité par une toute petite déclaration, Thompson décide de réellement reformer le groupe (c'est la grande mode) en février 2004, pour une tournée de 15 dates aux Etats-Unis et au Canada, dont un concert au festival Coachella.

A partir de cette année, les Pixies continueront à tourner en Europe ou aux Etats-Unis, jouant leurs vieux tubes. Mais, dès 2007, la bassiste Kim Deal raconte à qui veut l'entendre qu'il n'y aura pas de nouvel album. Elle n'en démordra pas: le retour en studio se fera donc sans elle, remplacée d'abord par Kim Shattuck puis par Paz Lenchantin (c'est cependant Simon "Ding" Archer qui s'occupera de la basse sur l'album). Il se murmure que la musicienne ne veut pas compromettre "l'héritage" du groupe. Parce qu'héritage il y a: pour beaucoup, les Pixies sont considérés comme les inventeurs du rock alternatif, rien que ça. Ils sont en effet parmi les premiers à utiliser la recette "couplets calmes, refrains saturés et rock". En janvier 1994, Kurt Cobain a même déclaré qu'il essayait "d’écrire la chanson pop ultime" et qu'il doit bien admettre essayer de "pomper les Pixies": "lorsque je les ai entendus pour la première fois, je me suis senti tellement en osmose avec leur musique que j’ai regretté de ne pas faire partie du groupe, ou du moins d’un groupe qui jouait leurs chansons. Nous leur avons emprunté leur sens de la dynamique, le truc du couplet joué calmement et du refrain rageur". 

Alors du coup, à quoi ressemble cet Indie Cindy? Ce cinquième album studio saura ravir les fans de la première heure, ravis d'entendre à nouveau de vieux copains, qui seront sur scène aux Eurockéennes début juillet. Mais ces 13 titres (dont "Women Of War", offert pour le Disquaire Day) n'apportent rien de vraiment nouveau: la construction des morceaux, autrefois révolutionnaire, fait office aujourd'hui de grosses ficelles maintes fois entendues. C'en devient même triste, comme si les quatre membres du groupe cherchaient seulement à remettre une pièce dans la machine pour s'offrir une nouvelle tournée. Et le rageur "Blue Eyed Hexe", la balade "Indie Cindy" ou les spoken-words de "Bagboy" n'arrivent pas à dissiper ces regrets amers. 

Indie Cindy

Pixies

  • Label: Pixies Music / PIAS
  • Sortie: 28/04/2014
  • Note: