JE RECHERCHE
Eurockeennes 2012 : Born to win

Eurockeennes 2012 : Born to win

Voilà déjà quelques jours que tout le monde se passe la bonne nouvelle comme une patate chaude. « T’es au courant que Lana Del Rey revient en France ? ». Difficile d’ignorer la nouvelle tant elle fait grand bruit, car c’est désormais officiel : la nouvelle égérie américaine marchera sur l’eau le vendredi 29 juin du coté du lac de Malsaucy, soit rien d’autre que les Eurockennes de Belfort. Le festival, crée en 1989, possède – comme Nutella, pardon pour la digression – plus de 20 ans d’expérience au service de la musique indépendante, avec un public en constante augmentation – 95.000 tickets vendus en 2011.

Pas d’inquiétude sur le remplissage de l’édition 2012. Les organisateurs ont dévoilé la semaine dernière les premiers noms à l’affiche et le moins qu’on puisse dire c’est que les poids lourds se côtoieront gaiement sur le ring. Aux cotés de Cure, déjà confirmé depuis plusieurs semaines, une ribambelle de vedettes viennent de s’ajouter et plutôt que de faire planer le suspense comme dans un blockbuster américain, voici les 14 premières stars de ce film de trois jours : fraichement libéré du succès de son ancien groupe, Jack White viendra présenter son premier album dont on vous parlait récemment. A ses cotés au rayon rock, on retrouvera bien évidemment la bande à Robert Smith mais également les Kooks. Au chapitre électronique, c’est Justice qui fera office de tête d’affiche pour faire vibrer le lac de Malsaucy. A moins que ce ne soit le rap hardcore de Cypress Hill qui s’impose dans le dernier round, ou encore l’électro-punk française des Shaka Ponk pour un set destructeur. Face à telle casting, bien difficile de savoir qui saura s’imposer dans le premier rôle. L’une des seules certitudes de cette édition cinq étoiles, c’est que les récentes Victoires de la musique auront à cœur de prouver qu’elles méritent leurs ceintures ; Orelsan (révélation du public, meilleur album de musique urbaine) et le grand Hubert-Félix Thiéfaine (artiste masculin de l’année) seront aussi là, histoire de rappeler aux festivaliers que la musique française se porte bien, merci. Vicieux comme pas deux, les organisateurs des Eurocks vont continuer d’attiser notre curiosité jusqu’au 16 avril en annonçant chaque semaine un nouveau nom. De quoi transpirer encore un peu en attendant de suer avec Green Room Session, du 29 juin au 1er juillet… Avec telle affiche, les Eurocks' nous promettent encore un beau KO debout.

 

http://www.eurockeennes.fr/