JE RECHERCHE
Ce que vous avez raté ce week-end: Arcade Fire VS Daft Punk, palme du troll à Coachella

Ce que vous avez raté ce week-end: Arcade Fire VS Daft Punk, palme du troll à Coachella

On le sait, chaque apparition des Daft Punk provoque hurlements et excitation. Les Arcade Fire, qui ont fermé le festival Coachella dimanche, ont décidé de se moquer de cette folie Daft. 

Après avoir invité Aaron Paul (alias Jesse Pinkman dans Breaking Bad) à monter sur scène avec eux, les Arcade Fire ont convoqué sur scène des répliques des Daft Punk. Les festivaliers de Coachella ont bien failli ne pas s'en remettre: deux hommes ayant la carrure et la taille de Guy-Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter ont commencé à jouer "Get Lucky" au ralenti pour ouvrir le dernier concert du festival. 

Sauf que Win Butler, le leader du groupe, s'est écrié "What the fuck is happening?" pendant la chanson... Et aurait présenté les deux hommes casqués comme les "Phat Dunk". Un peu de buzz, beaucoup de troll: les Arcade Fire, faisant eux-même partie de ces groupes qui font frémir toute la presse musicale, ont charrié leurs collègues français.

#t

Pendant deux week-end, Coachella a eu son lot de featuringsbien que celui-ci soit des plus étonnants. Au lendemain de la soirée d'au revoir, l'heure maintenant est au bilan: des looks étranges, des festivaliers qui pensent connaître tous les groupes, même ceux qui n'existent pas (on espère vraiment que Lie Witness News recommencera l'expérience vidéo de l'année dernière) et une ribambelle de stars venues pour l'occasion. A ce propos, une drôle de rumeur, relayée par le New York Daily News, est en train de courir: les célébrités seraient payées pour montrer leur trombine au festival. Lea Michele, héroïne de la série Glee, aurait reçu 14 500 euros pour porter des vêtements Lacoste pendant le week-end, tandis que McDonald's aurait offert 11 000 euros à Vanessa Hudgens (pour qu'elle s'empiffre des burgers sur place?). Nous qui pensions que c'était par amour de la musique... Heureusement, la vidéo bilan 2014, tout juste publiée, rappelle un peu le principe de tout festival qui se respecte: du soleil, des sourires, et beaucoup de gens qui dansent.