JE RECHERCHE
Banksy : sa dernière œuvre à peine posée, aussitôt arrachée

Banksy : sa dernière œuvre à peine posée, aussitôt arrachée

Le street artist originaire de Bristol, qui avait fait honneur à sa ville en réalisant sa dernière oeuvre au sein de ses rues, doit grincer des dents.

On connaît tous la position de Banksy par rapport à la vente de ses œuvres de street art. Selon lui, ce genre de travail artistique devrait rester là où il a été créé, quitte à disparaître par usure : dans la rue. Encore une fois, l'époque lui a donné tort.

La dernière oeuvre du natif de Bristol, “Mobile Lovers”, vient d'être arrachée du mur sur laquelle elle avait été collée, quelques jours seulement après sa découverte puis son "officialisation". Depuis la date de "retrait" mardi 15 avril, un message précisant que l’œuvre est en sécurité (et qu'il sera toujours possible de l'admirer moyennant finances) a été affiché en lieu et place du collage initial. Bon esprit.

La BBC n'a pas mis longtemps à découvrir l'auteur du larcin : le Broad Plain Boys Club, un club sportif pour enfants au bord de la banqueroute, a décidé de récupérer “Mobile Lovers” pour le vendre et renflouer ses caisses. Dans la vidéo qui suit, le manager du club et le journaliste de la BBC entament un dialogue musclé dans lequel le "coupable" ne se démonte pas, osant même dire que Banksy aurait fait don de cette peinture "comme cadeau" qui n'attendait que d'être ramassé. On remarque également la mine tristounette des locaux, qui ne comprennent pas bien l'idée.

Toujours est-il que, comme le constate la BBC, ce club sportif va devoir ramer pour apprendre le sens de l'éthique et du droit chemin aux enfants qu'il entraîne à partir de maintenant. Et Banksy, qui, on le rappelle, a vendu une partie de ses œuvres pour une bouchée de pain dans les rues de New York pour dénoncer le marché parallèle du street art, est clairement le dindon de la farce. Même si on admire son talent de costumier : il est lui-même venu, déguisé en ouvrier, poser “Mobile Lovers”, non sans se faire griller par les caméras.