JE RECHERCHE
La Boiler Room Infiné comme si vous y étiez

La Boiler Room Infiné comme si vous y étiez

Francesco Tristano, Danton Eeprom, Clara Moto, Downliners Sekt... Que du beau monde pour cette Boiler Room Infiné, à voir et à revoir! 

Le Point Perché, sorte de bunker planqué dans les sous-sols du Palais de Tokyo à Paris, accueillait jeudi dernier sa première Boiler Room. Est-il utile de rappeler en quoi consiste ces soirées privées filmées et retransmises en direct sur Internet? Ok, on vient de le faire, mais peut-être que certains ont vécu dans une grotte pendant ces dernières années et ont loupé le phénomène.

Pour cette édition parisienne, c'est le label français Infiné, comportant dans ses rangs Rone, Cubenx et autres Aufgang, qui se chargeait de la programmation. Cette soirée tombait au milieu de la série d'Infiné Club, pendant laquelle les artistes du label ont porté leur électro aux quatre coins du pays. 

C'est dans un décor moderne et en noir et blanc que se sont succédé Danton Eeprom, Clara Moto, Downliners Sekt et enfin Francesco Tristano. 

La soirée s'est donc ouverte avec Danton Eeprom, dandy français ayant sorti son deuxième album le 3 février dernier (un petit événement en soi, on n'avait pas eu de nouvelles depuis 2009). Un live sexy pour commencer la soirée, quoi de mieux? S'il n'y a pas énormément de gens derrière lui pour danser, ce n'est pas par manque de talent: un jeudi soir à 20h, beaucoup étaient encore en train de dîner. 

La belle Clara Moto a ensuite enchaîné sur un DJ Set ambient, plus énergique que ce à quoi on s'attendait: dans l'imaginaire collectif, Infiné n'est pas forcément un label porté sur l'électro ultra-efficace et pêchue, mais plutôt sur la qualité de musiques plus calmes. Que nenni, la Boiler Room est faite pour danser, devant son ordi ou derrière le DJ. 

Preuve en est avec ce DJ Set des Downliners Sekt, la nouvelle signature du label tout droit venue de Barcelone. Bien qu'un brin mélancolique, leur sélection a su mettre en transe les 150 invités de la soirée, nous y compris. 

Et enfin, Francesco Tristano a fini de faire décoller les danseurs, pour le coup amassés derrière lui. Amateur de montées psychédéliques au clavier, l'ex-pianiste d'Aufgang joue de sa formation classique pour créer un live puissant et planant. Vous noterez Danton Eeprom, plutôt à fond en écoutant son pote, dansant vers la droite de l'écran (il faut de bons yeux).

En dehors d'Aufgang ou de ses concerts classiques, on a également entendu parler de Francesco récemment, pour un tout nouveau type de projet: il a composé la bande-originale de la première "slow tv" française (pendant 9 heures, un jeune homme déambule face caméra à Tokyo alors que le monde autour de lui défile à l'envers. Le tout a été retransmis sur France 4 lundi soir). 

Crédit photo : Sarah Bastin