JE RECHERCHE
Que se cache-t-il derrière les affiches de festival ?

Que se cache-t-il derrière les affiches de festival ?

L’objet de communication principal du festival représente un grand enjeu pour vos événements préférés, qui nous confient tout sur leur genèse.

Depuis que l’heure du printemps a sonné n’avez-vous pas remarqué que les couloirs du métro étaient envahis d’affiches de festival ? Qui dit arrivée du beau temps dit retour de vos évènements annuels préférés et découverte de leurs nouveaux partis pris graphiques. Qui les dessine ? Que doivent-elles nous dire ? Nous sommes allés nous renseigner auprès de quelques-uns de nos festivals préférés.

Solidays

Solidays 2014Chaque année, les affiches de Solidays ont un double rôle : promouvoir le fameux festival francilien et en porter les valeurs humaines, ce qui doit nécessairement se retranscrire dans le visuel avec un dosage précis entre promo et message, tout en proposant une esthétique très ouverte. Le tout dans une continuité rassurante, comme l'explique Luc Baruet, président de Solidarité Sida qui organise chaque année Solidays : "on travaille avec des jeunes graphistes extérieurs à Solidarité Sida, Mathieu et Mathieu, à qui on donne une direction artistique. Cela fait neuf ans qu’on travaille ensemble. A travers cette collaboration, on raconte une histoire. C’est assez rare de passer neuf années avec les mêmes graphistes. J’ai le sentiment qu’ensemble on fait des affiches plutôt jolies porteuses de sens et qui incarnent un festival pas comme les autres." Depuis pas mal d'années déjà donc, on peut croiser au détour des affiches du festival des figures marquantes évoquant tour à tour joie, plaisir et sujets plus marquants. Nelson Mandela pour l'affiche 2014, carrément ? "C’est quelqu'un qui incarne beaucoup de valeurs que l’on partage. Il a toujours gardé la foi dans la nature humaine, et c’est ce que l’on a voulu traduire en lui rendant hommage." On est d'accord.

Solidays 2014, du 27 au 29 juin avec Shaka Ponk, Breton, Vitalic, Fauve, Gesaffelstein, Franz Ferdinand, Metronomy, Skip The Use, Woodkid...
www.solidays.org

www.mathieudelestre.com
www.mentysdesign.com

Nuits Sonores

P-ns2014Pour l’évènement lyonnais, leader et pionnier des festivals électronique français, pas question d’avoir un graphiste en interne pour l’affiche : “la direction artistique visuelle nécessite un vrai regard extérieur”, selon l’un de ses programmateurs, Pierre-Marie Oullion. Le sujet a toujours été au centre des préoccupations du festival et faire attention à son identité graphique permet à Nuits Sonores d’afficher sa “transdisciplinarité et sa sensibilité artistique”. “C’est le studio Superscript qui réalise pour la quatrième année de suite notre affiche. Je les ai rencontrés il y a sept ans via mon ami Matthieu Bregere, alias Spitzer, que je manageais. L’affiche de la 12e édition fait référence à l’architecture avec les formes 3D, aux parcours urbains et donc au travail que l’on effectue sur les lieux d’accueils du festival, à la scénographie. On a coutume de dire que les lieux sont nos premières têtes d’affiche”.

Nuits Sonores 2014, du 28 mai au 01er juin avec Kraftwerk, Daniel Avery, Jacques Greene, Nina Kraviz, Darkside, Four Tet, Rustie…
www.nuits-sonores.com
www.super-script.com

Eurockéennes

P-eurocksLes affiches des Eurockéennes ont de quoi intriguer : chefs indiens ou boxeurs s'étalent en couleur à côté d'une programmation toujours alléchante. « Sitting Bull, Mohamed Ali ou Zappata restent des personnages haut en couleurs, mais surtout des grandes gueules et fortes têtes qui sont, comme nous, les gardiens d'un espace rêvé (pays, territoire ou ring), comme nous défendons musicalement une presqu’île, le Malsaucy, ce monde à part où s'installe le festival », raconte Jean-Paul Roland, directeur du festival. Cette année, en bleu, on découvre une jeune fille d'une tribu des Philippines (« sorte de Mowgli psychédélique »). C'est le collectif Schelp, basé à Nancy, qui est responsable de toute la communication des Eurockéennes depuis 2011, axée sur le vintage, « en rapport évident avec la longue histoire des Eurocks ». Schelp fait partie intégrante de l'équipe du festival : « Il s'agit presque d'un sacerdoce tant la somme de travail demandée est importante, des affiches aux gobelets en passant par les teasers vidéos ou l'habillage de notre Facebook », précise le directeur. Jean-Paul Roland adore le visuel 2014 pour « son exotisme revisité », mais avoue que l'affiche de 1996 reste une de ses préférées, avec ses « robots de fin du monde » et surtout « la colonne de noms d'artistes tels que Red Hot, Bowie, Nick Cave, Beck, NTM, Foo Fighters ou encore Lou Reed ».

Eurockéennes 2014, du 04 au 06 juillet avec The Black Keys, Stromae, Skrillex, Pixies, Franz Ferdinand, Shaka Ponk, Detroit, Metronomy et M.I.A…
www.eurockeennes.fr 
schlep.fr

Baléapop

P-BaleapopPour Jeanne Boulart, l’une des fondatrices du festival basque qui monte Baléapop, le web a changé le rôle de l’affiche et la manière dont on doit aborder l’exercice : “l’affiche imprimée a moins d’impact qu’avant : on en colle beaucoup moins. Il faut donc que l’objet soit encore plus soigné et rare, qu’il ressorte. D’autant qu’il est rare que les noms, plutôt indés et méconnus, à l’affiche de Baléapop soient aguicheurs sur un panneau au bord d’une nationale au Pays Basque. Il faut une charte complète, déclinable sur plein de supports, vérifier son impact web, faire par exemple de belles sérigraphies numérotées pour donner envie aux gens d’en retapisser les murs de leur appartement etc.” Depuis deux ans c’est l’agence Twice qui se charge du visuel mais aussi “de la scénographie, des installations vidéos” et donne donc une unité intéressante à Baléapop. Cette année le festival investit un parc, comme pour les trois premières éditions et l’affiche traduit cela : “Baleapop #5 sera une sorte de jungle”, voilà qui promet.

Baleapop #5, du 06 au 10 août 2014 (programmation à venir)
www.baleapop.com
www.wearetwice.com

Main Square

P-MSFCette année, le Main Square Festival fête ses 10 ans, mais ne cherchez pas de bougies sur l'affiche. Seulement un logo massif, trônant fièrement au dessus d'une programmation mise en avant par une série de couleurs vives, dans un esprit très pop-rock. "On voulait réussir à marquer le coup sans tomber dans les clichés d'anniversaire", commente Mathieu Dupont, qui gère la communication du festival. "Il était également difficile pour nous d'intégrer pour nos 10 ans quelque chose de plus figuratif, comme le visage humain grimé du maquillage de Ziggy Stardust que nous avions présenté sur l'affiche de l'édition 2013". Le visuel de cette édition, qu'il considère aujourd'hui comme le plus marquant de la courte histoire du festival (dont les premières affiches ont été marquées par une liaison graphique forte avec l'événement "frère" Rock Werchter en Belgique), a été réalisé par l'agence graphique Gonzales, qui a également travaillé sur celle de cette année. Idem en 2015 ? "C'est bien possible, on aime travailler avec les mêmes personnes sur des cycles de trois ans, un bon équilibre entre continuité et renouvellement selon nous. Sans pour autant nous interdire de coups de cœur pour une proposition externe". L'essentiel, pour le festival, étant de "valoriser les artistes de la programmation et la marque, mais aussi, par rapport au positionnement large de l’événement, être rassembleuse, générer une adhésion et bien entendu un désir". Mission plus qu'accomplie jusqu'ici.

Main Square Festival, du 3 au 6 juillet 2014 avec Iron Maiden, The Black Keys, Stromae, David Guetta, Franz Ferdinand...
www.mainsquarefestival.fr
www.gonzales.be

Transmusicales de Rennes

transmusicales-2013-sgbuChez les Transmusicales de Rennes, on alterne. Tantôt art abstrait, comme le prouvent les affiches des dernières éditions (2012 et 2013), tantôt bucolique, avec cette Statue de la Liberté qui joue du clairon sur une licorne (2011), ou encore cette sirène sortie tout droit de la Belle Époque (2010). Depuis deux ans c'est James March qui en est l'auteur, et en ce qui concerne le X psychédélique de 2013, il y voit une sorte d'« icône futuriste avec un sens contemporain ». On ne déroge pas à cette règle intrinsèque du festival breton donc, soit un regard tourné non seulement sur son époque, mais surtout vers l'avenir.

Transmusicales de Rennes, du 3 au 7 décembre 2014 (programmation à venir)
www.lestrans.com
www.jamesmarsh.com

>>> Retrouvez toutes les affiches d'hier et d'aujourd'hui: