JE RECHERCHE
Le Sucre: "On veut être un acteur culturel incontournable de Lyon"

Le Sucre: "On veut être un acteur culturel incontournable de Lyon"

Chez Green Room Session, on est persuadé que nos villes sont dynamiques. Pour vous le prouver, on a décidé de vous promener un peu partout en France et de partir à la rencontre de ceux qui font bouger leur ville. Si elles sont pour la plupart aussi innovantes, c’est qu’il y a des gens pour les stimuler ! Après Nantes et Marseille, nous sommes partis à Lyon. Matthieu Lecan est responsable du mécénat du Sucre et du festival Nuits Sonores. On a posé quelques questions à cet homme qui, grâce au festival et à la salle, donne tout pour faire bouger sa ville !

Cela fait dix ans que tu es à Lyon. Tu dois avoir quelques bons plans pour se détendre en sortant du bureau...

Il y a de quoi faire à Lyon ! Par exemple, la Poule au Pot, un bar assez cool ouvert depuis deux ans, rue de l'Arbre Sec, ou le Monkey Club, un bar qui invite des DJs le vendredi et le samedi. C'est un très joli lieu à la déco décalée, typée « prohibition ». Ensuite, on peut aller à la Maison Mère, qui ferme à deux heures du matin. La déco est également très agréable : la Maison Mère est installée dans une ancienne cave lyonnaise avec beaucoup de bois et un éclairage indirect, caché derrière les lattes. Rien à voir avec la froideur du « béton-néon », c'est très bien rénové et avec beaucoup de cachet ! Parfait avant d'aller en club.

photo_big78430

Et pour faire la fête ?

Lyon abrite deux clubs en centre-ville : le Terminal, très techno, ou le DV1, qui existe depuis beaucoup plus longtemps. Il y a l'Ambassade aussi, c'est un peu plus âgé, mais c'est bien... De temps en temps ! Et puis, évidemment, le Sucre.

Et si tu nous en parlais un peu plus ?

Le Sucre peut être considéré comme une émanation des Nuits Sonores. Cela faisait de nombreuses années qu'on cherchait un lieu qui nous représente et où on peut proposer une programmation à l'année. On voulait un endroit un peu industriel, avec une histoire. On a eu l'occasion de réabiliter le toit de la Sucrière, une ancienne usine de Sucre, dans le nouveau quartier de Lyon qui s'appelle la Confluence. On est le seul roof-top de la ville, avec une grande terrasse de 400 m², ce qui est plutôt cool ! Je me suis occupé d'équiper la salle avec un super système de son, ce qui est essentiel quand on accueille 800 personnes...

le-sucre-lyon-club-rooftop-arty-farty-3-580x435

Le Sucre, c'est uniquement un club ?

Pas seulement. Le vendredi soir reste le plus souvent dédié aux soirées club. Mais le samedi on organise de plus en plus des soirées roller disco derby. Comme son nom l'indique, des gens viennent danser le disco perchés sur des rollers, un peu comme à New-York dans les années 80. On organise également des « super dimanche », avec brunch et musique rock de 14h à 21h. En dehors de la musique, on essaye de s'inscrire dans le paysage culturel lyonnais et d'être transdisciplinaire. On va par exemple accueillir une soirée « musique et vélo », concept plutôt rigolo dans le cadre du festival « Roulez jeunesse », ou on fait des tournois de ping-pong estivaux ! On travaille aussi sur les jeux vidéos avec les événements « Revenge of the Nerds », on accueille des conférences sur le graphisme, comme la semaine dernière avec le studio M/M, en partenariat avec les écoles d'art de Lyon.

im52ea3eb682552s

On ne doit pas être les seuls à le faire, mais c'est écrit dans le projet du lieu : on veut être un acteur culturel incontournable, avec un rayonnement qui dépasse l'échelle de l'agglomération lyonnaise (en 180 événements, on a rassemblé plus de 70 000 spectateurs).

Ton meilleur souvenir au Sucre ?

J'ai une anecdote sur l'ouverture du Sucre, l'année dernière : on a terminé les travaux...Huit minutes avant l'ouverture des portes ! Les ouvriers étaient en train de boucher les derniers trous du plâtre quand les gens attendaient déjà dehors. C'était sport !

Comme bon souvenir de concert, celui d'hier soir était vraiment super : Benjamin Clementine, magnifique, en mode piano-voix.

Les Nuits Sonores approchent à grands pas...

Oui, ça démarre le 28 mai. On prépare vraiment une très belle édition, dans le quartier de la Confluence. Pour la première fois, on reste sur un même territoire, et l'intégralité du festival se déroule dans ce quartier. C'est beaucoup de boulot, mais on arrive encore à faire rentrer 100 000 festivaliers en cœur de ville, c'est notre plus grand objectif.  

Crédit photo de couverture: Guillaume Perret