JE RECHERCHE
On y était: le Mondial du Tatouage à la Grande Halle de la Villette

On y était: le Mondial du Tatouage à la Grande Halle de la Villette

Ce week-end, de drôles d'oiseaux se sont posés vers la Grande Halle de la Villette. Certains étaient déguisés, d'autres venaient en famille. Tatoués, tatoueurs et tatouages: on vous raconte tout sur ce Mondial du Tatouage. 

Avec plus de 300 artistes, des stands de bijoux, des bouquins et des concerts, le Mondial du Tatouage n'avait rien du repère à biker qui fait très peur à votre grand-mère. Aujourd'hui, le tatouage est de plus en plus répandu (un sondage réalisé en 2010 par l'Ifop estime qu'un français sur dix serait tatoué, ils seraient même 20 % dans la tranche d'âge des 25-34 ans), et n'est plus l'apanage des mauvais garçons. Exemple parfait: au Mondial du Tatouage organisé à la Grande Halle de la Villette ce week-end, on a croisé pas mal de familles et de femmes. Voilà pour balayer les derniers clichés, commençons la visite. 

devanture

Street-style: Jérôme

Jérôme a 33 ans, est militaire... Et tatoué. Sur les bras, le torse, le dos, et même dans le cou, une hirondelle toute fraîche ayant été faite hier au Mondial. Quand vient la question du regard de l'armée, il se marre: "C'est problématique au niveau professionnel, on ressent le regard des autres, mais j'assume. C'est entré dans les mœurs, mais il y a toujours le petit regard du patron qui n'a pas le même âge ou la même culture". Pourtant, il n'a pas hésité à tatouer son cou, une zone impossible à cacher. Un parti pris de plus en plus répandu. Marie, qui rêve de devenir tatoueuse, a remarqué que "de plus en plus de gens s'affichent avec des tatoos très visibles". Deux explications: comme le dit Jérôme, le tatouage rentre dans les moeurs. Mais il est aussi devenu un bijou que l'on porte fièrement, une revendication ou une façon de copier les stars.  

jérome

Street-style: Cécile et Charlotte

Cécile et Charlotte sont deux jeunes suissesses de 21 ans venues à Paris pour le Mondial, "par passion".  "On a commencé à se faire tatouer à 18 ans. Les réactions étaient mélangées entre critique et admiration", raconte Cécile. A 20h le samedi, elles vont toutes les deux se faire tatouer par Raf, suisse également et tatoueur habituel de Charlotte, à droite sur la photo. "On va toutes les deux faire un crâne mexicain, quasiment identique. C'est un moyen de sceller notre amitié", explique-t'elle. L'année dernière, elle était là aussi, mais n'a pas vu grand-chose: "je me faisais tatouer la plupart du temps! Ça m'a un peu dérangé que tout le monde puisse me voir me faire tatouer, mais c'est le jeu". En effet, pas de rideaux ou de box mis à la disposition des tatoueurs, les artistes travaillent à la vue de tous. Difficile d'être pudique, donc. 

cécile charlotte

Raf, le tatoueur attitré de Charlotte, travaille pour le salon Ethno Tattoo à Lausanne. Samedi, il aura fait trois tatouages. Mais quand on lui demande son prix à l'heure, le jeune homme répond en souriant "ça ne se dit pas, c'est comme l'âge des jeunes filles". Selon Marie, l'aspirante tatoueuse, les prix tournent autour de 200 euros de l'heure au Mondial, peut-être 150. Aucun des tatoueurs interrogés ne répondra à notre question. 

Trois questions à... Nancy, tatoueuse

Vous pouvez vous présenter? 

Je m'appelle Nancy, je suis tatoueuse en Hollande, au studio Marco Bratt. 

Pourquoi avoir fait le voyage jusqu'à Paris? 

Certaines conventions sont mieux que d'autres, et c'est important de venir à celle-ci. J'essaye de me déplacer pour les plus grosses européennes, mais ici c'est différent: il y a des artistes internationaux, venus des Etats-Unis, du Japon ou de Bornéo. C'est l'occasion de s'inspirer pour mes dessins, d'observer la technique des autres. C'est toujours sympa de rencontrer des passionnés! Et puis, j'ai rendez-vous pour me faire tatouer, on commence dans 10 minutes. 

Qu'allez-vous vous faire tatouer? 

Un tigre et des roses sur la jambe, par Nico de Suisse.

A voir: des bijoux, des magazines, des tee-shirt

Une fois tous les stands arpentés, les amateurs d'encre ont pu participer aux concours de tatouages, aux concerts (Skip The Use, Dog Eat Dog, Burning Heads, Ajeya, Sarah W Papsun, Da Silva...) ou faire un peu de shopping. Des bijoux d'abord, pendentifs très féminins ou colliers en os de buffle. D'autres ont craqué sur de très belles affiches, ou sur un abonnement à Tatouage Magazine, bimensuel diffusé à 25000 exemplaires. "Nous sommes les premiers à être arrivés sur ce marché. Pas de crise de la presse, on est en pleine forme!", explique Jérôme Pierrat, rédacteur en chef du magazine créé en 1997. 

bijoux

Sophie, 23 ans, est le bon exemple de cette tendance mode autour du tatouage. Collier imposant et étoiles dans le dos, la jeune fille accompagne son copain,un tatoueur de chez Tin-Tin (président du Syndicat National des Artistes Tatoueurs et fondateur du Mondial) qui a lancé sa marque de vêtements, Acid. 

sophie

Le moment sensation

Âme sensible s'abstenir. Les tatoueurs traditionnels de Bornéo étaient présents au Mondial. Alors que tous les autres artistes travaillent avec des dermographes et autres machines sophistiquées et rapides, le tatouage traditionnel se fait à l'aiguille et au maillet. Gloups.

 Image de prévisualisation YouTube

Alors, en 2014, tous tatoués? Un monde où tout le monde arborerait d'élaborés dessins sous sa peau, c'est le rêve des créateurs de ce Tumblr. Et il faut avouer que la tentation était grande en arpentant l'immense Mondial. A l'année prochaine! 

Crédits photo: Claude Bencimon, Diane Fleury et Clémence Meunier.