JE RECHERCHE
Justice : La folie du live

Justice : La folie du live

Justice est de retour sur les routes avec son deuxième album de hard rock 2.0 plutôt poilant, “Audio, Video, Disco“, sorti en octobre sur Ed Banger, qui, profitons-en pour le rappeler, était aussi le label du regretté DJ Medhi qui aurait dû fêter ses 35 ans aujourd’hui.

Mais l'électro française, même endeuillée, continue de s'exporter et de faire danser les clubbers aux quatre coins du monde grâce à notre duo aux rouflaquettes, embarqué pour une tournée mondiale qui a déjà contaminé l’Australie et le Japon avec leurs puissants hymnes. Ne soyons pas jaloux, Justice revient jouer en territoire conquis en janvier; vous pouvez d'ailleurs déjà attraper vos précieux sésames pour les voir à Clermont-Ferrant, Caen, Nantes, Lille, Toulouse et enfin à l’Olympia à Paris le 4 février. La date au Zénith du 24 mai est déjà sold-out, mais pas de stress : pour répondre à la demande générale le duo vient d'ajouter une date le 23 mai. A l’heure où on écrit ces lignes, ils reste toujours des places, ainsi qu'à la Halle Tony Garnier de Lyon le 25 mai.

 Rempliraient-ils autant de salles sans les polémiques et rumeurs qui leur permettent de buzzer autant ? Green Room Session, d'humeur taquine, a eu envie d'ouvrir leur casier.

Rappelez-vous qu'à leurs débuts, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay étaient soupçonnés d'être les Daft Punk à visages découverts. Puis il y a eu l’inoubliable clip de Stress ou encore plus récemment le visuel aguicheur de leur dernier single censuré par Itunes. Beaucoup beaucoup de bruit pour rien finalement, ce qui n'a jamais empêché le duo de faire carton plein. Et pour preuve, ils viennent même d'être nommés cette année aux Victoires de la Musique.`

Sur leur Facebook comme sur les forums, les fans sont même plutôt déchaînés; beaucoup d'entre eux exigent même que le duo fasse l'effort de se déplacer sur la place de chacun des petits villages. La requête la plus "pertinente" émane cependant d’un américain qui, ayant découvert l'itinéraire de la tournée marathon du duo aux US du groupe, déclarera  : “Les mecs, vous ne pouvez pas tourner avec sur votre album un titre qui s’appelle Ohio et ne pas venir jouer à Colombus”. Les fans ont-ils vraiment raison de se les arracher ainsi ? On a fini notre enquête en allant demander à une poignée de fans de Justice de révéler leurs meilleurs souvenirs de live du duo pour s’en assurer ! Soyez fin limiers pour en tirer les bonnes conclusions !

Anne : “Je les ai vus aux Transmusicales de Rennes en 2006, je ne savais pas du tout qui ils étaient, comme beaucoup de gens à l’époque d’ailleurs. Le son m’a explosé les oreilles et j’ai un peu perdu ma virginité électro comme ça. Ca pogotait pas mal donc je me suis réfugiée pour danser perchée sur les gradins du hall 9, le public était fou furieux. Ca méritait bien les quelques acouphènes que je me suis traînés le lendemain”.

David “Je suis fan de Justice donc j’aimerais bien dire que j’adore les voir en live mais la vérité est plus cruelle... Dans les quelques festivals où je les ai entendus, c’était juste du bruit, puis une descente, puis du bruit, et re-descente...”

Michaël : “Le must pour moi c’était une plage à Montpellier en été 2008 : ils ont mixé deux heures de plus que prévu et ont défoncé les platines en sautant dessus. Les bateaux balançaient des fumigènes, c'était la guerre !”

Harold : “Qaund je les ai vus, en 2007 au Zénith avec aussi Klaxons j’étais en terminale. Je me rappelle du final et de sa mise en scène : Gaspard au piano, lumière focus sur lui - un peu comme à l'époque des spectacles d'Edith Piaf - qui reprend un Michel Berger... ou bien un Julien Clerc.”

Justice, en tournée en 2012

Toutes les infos sur http://www.because.tv/artistes/justice.html

C.L.