JE RECHERCHE
Les "premiers pas" des artistes sur Facebook, révélateurs d'une carrière (ou pas)

Les "premiers pas" des artistes sur Facebook, révélateurs d'une carrière (ou pas)

Dis-moi comment tu abordes Facebook, je te dirai qui tu es ? Pas si simple, surtout dans le monde de la musique.

Image de une : Diplo, Grimes, Skrillex et Tokimonsta (entre autres) affairés devant leurs ordinateurs.

De ceux qui s'y sont mis dès l'ouverture du réseau social, à ceux qui ont pris le train en marche, les artistes ont du composer avec Facebook, de gré ou de force. Si Fauve s'y est mis à fond avec des airs de ne pas y toucher, d'autres laissent rapidement les manettes à leur équipe de com', certains restant très personnels, ou complètement largués, dans leurs prises de parole. Et l'outil Timeline nous offrant le moyen de fouiller dans les babillements numériques de bons nombres de groupes, il serait dommage de se priver...

 

Woodkid

2009, Yoann Lemoine commence ardemment à bosser sur sa musique, alors qu’il commence à s’imposer comme quelqu’un d’incontournable dans la réalisation vidéo. Forcément, au début, il se met à Facebook seul, et choisit l’anglais pour s’exprimer. On ne peut s’empêcher de sourire lorsque l’on remarque l’évocation (déjà) d’un album, qui ne sortira au final qu’en 2013…

 

Mais on note que les premiers pas de Woodkid ne seront pas révélateurs de la suite de son aventure avec le réseau social, avec lequel il deviendra plus distancié par la suite. On se rappelle d’un statut qui a fait réagir beaucoup de fans, alors que la célébrité du musicien grandissait de manière exponentielle, ses nouveaux projets lui laissant de moins en moins de temps pour penser à ce genre de choses. Depuis, le compte Facebook de Woodkid reste une source sûre d’actualité, mais pour ce qui est de l’humain, on repassera... Cette trajectoire semblant quasi-inévitable pour bons nombre de projets à l'aura grandissante.

 

 

Fauve

 

Ceci est le second post Facebook de Fauve, qui a lancé sa page en 2011, suivant de près la formation même du collectif. On remarque forcément un taux d’engagement (“likes”, commentaires…) très faible. Depuis lors, ceux qui gèrent cette page ont réussi un tour de force que peu de groupes (ou d’équipes de com’) peuvent se targuer d’avoir réussi : maintenir une présence continue et efficace tout en gardant un ton tout à fait humain. C’est bien la base de la communication sociale : s’adresser aux fans sans avoir l’air d’un robot. Encore récemment, alors qu’ils s’apprêtaient à jouer au Québec, les membres du groupe, en proie à une déconvenue matérielle, ont fait appel à leurs admirateurs pour les dépanner d’une partie de leur matériel… Outre l’image “système D” forcément sympathique, c’est aussi un coup de maître dans le développement d’une relation de proximité avec le public.

 

 

Gesaffelstein

Mike Lévy s’est mis assez tard à Facebook, lui qui est toujours apparu comme relativement insaisissable au niveau de son image digitale. Ce post, qui intervient au tout début de sa présence sur le média social (en janvier 2012, alors qu’il jouit déjà d’une notoriété incontestable), prouve qu’il a tenté de mettre les mains dans la mécanique. En décembre de la même année, il avoue, dans une interview à un magazine français, se sentir archi-détaché de ce genre de façon de communiquer, et qu’il laisse bien volontiers la main à son agence de booking, Savoir Faire, pour s’occuper de maintenir une présence sur Facebook. Qui ne reverra que très rarement Gesa s’exprimer par lui-même.

 

 

Rone

Parmi les deux statuts ci-dessous, il n’y a fondamentalement aucune différence de ton ou de manière d’aborder l’audience. C’est bien simple : Rone est du genre à assumer l’aspect “com” de l’outil Facebook, et à en jouer de la manière la plus décontractée possible, à l’image du personnage. Si, depuis l’énorme succès de Tohu Bohu, il n’est pas tout seul à gérer les manettes de son compte, il tient visiblement à garder la main et à continuer à s’exprimer en son nom propre. Vous voulez savoir quels sont les statuts qu’il poste personnellement ? Vous les reconnaîtrez par vous-mêmes, sachant qu’ils sont nombreux...

 

 

 

Laurent Garnier

 

Dans la même veine, l’inusable Laurent Garnier s’y met franco, et joue la carte de la proximité avec ses fans, qui s’accumulent rapidement grâce à une notoriété acquise de longue date. Lui qui a souvent fait les choses lui-même, semble énormément communiquer avec ses propres mots, notamment pour parler de ce qui lui tient à cœur. On prendra pour exemple ce statut qui annonce l’arrêt de son émission de radio sur Le Mouv’, It Is What It Is :

 

 

Diplo

En 2008, la carrière de Diplo est déjà bien entamée, même si elle n’a pas le même retentissement qu’aujourd’hui. il pose dans les rues de Philadelphie avec un t-shirt de nerd, il semble bien plus jeune que maintenant, et Facebook est son terrain de jeu : durant les premiers mois de son activité, il se comporte comme un adolescent, partageant plein de "Fan Page" fun et sans fondement, qui ont disparu au fur et à mesure que Facebook a pris du galon. Une attitude décalée par rapport aux enjeux communicationnels qui régissent le plus gros réseau social du monde à l’heure actuelle, ce qui fait évidemment sourire lorsqu’on voit le visage de sa page aujourd’hui… Page qui n’est évidemment plus gérée par le principal intéressé, trop occuper à balancer 300 photos Instagram par jour. Le fun a changé de plate-forme...