JE RECHERCHE
Le nouvel EP de Cashmere Cat vaut-il le coup ?

Le nouvel EP de Cashmere Cat vaut-il le coup ?

Magnus August Høiberg, plus connu sous le nom de Cashmere Cat, vient il y a une semaine de donner suite à son premier EP, nommé Mirror Maru et sorti en 2012. A-t-il réussi à maintenir le niveau d'excellence qui l'a hissé en moins de deux au sein du club des petits génies de l'électro européenne ? Après une écoute attentive et soumise aux aléas du temps, voici les avis de deux de nos rédacteurs sur la question !

 

 

Oui !

Cashmere Cat n'est pas qu'un DJ virtuose (il a représenté son pays plusieurs années de suite en finale du DMC World DJ Championships) et un remixeur brillant (pour Miguel, Lana Del Rey...), il a aussi affiné rapidement un style de production inimitable : des basses lourdes, des vocaux R&B découpés, une sensibilité pop ludique et quelques tintements et percussions qui évoquent les musiques orientales ou caribéennes. Cashmere Cat est à mi-chemin entre prodige du dancefloor et poète sans frontières et les quatre titres de ce Wedding Bells EP ne souffrent d’aucune fausse note, d’aucun temps mort. Son artificier est capable de glisser cent idées différentes par morceau, mention spéciale au rebondissant “Pearls” et aux flûtes de pan de “Wedding Bells”. Retour réussi. (par François)

Image de prévisualisation YouTube

 

Mais...

Cet EP a comme faculté de se laisser écouter en boucle sans aucun sentiment de lassitude. Le tout, c'était de ne pas avoir l'idée de se remettre Mirror Maru, le premier EP du producteur norvégien, "pour comparer". Et c'est là que le château de cartes donne des signes de faiblesse au niveau des fondations : la "patte" Cashmere Cat est justement bien plus que cela, c'est un savoir-faire tout entier qui s'est retrouvé copié-collé du premier épisode vers le second. Ce retour-arrière nous dévoile le côté "facile" de ce transfert de masse : utilisation du piano un peu partout, mélodies qui sentent le studio Ghibli, gimmicks rythmiques empruntés aux objets usuels (allers-retours de scie, tics-tacs d'horloge, ressorts qui grincent), et surtout, des extraits de voix modulés à l'envi, afin de dessiner des mélodies originales. Alors oui, Cashmere Cat ne ressemble à rien d'autre que lui, mais en presque deux ans, il en est venu à tenter de "faire du Cashmere Cat". Gare à l'enfermement ! (par Mathias)

Et vous, qu'avez-vous pensé de cet EP ?