JE RECHERCHE
Album de la semaine : Breton - War Room Stories

Album de la semaine : Breton - War Room Stories

Plus fin, plus carré, moins fouillis : le nouveau Breton a tout d'attirant.

Même si on a eu peur au tout début, Breton restera toujours Breton. Un chanteur francophone ultra-cool, un aspect "collectif bidouilleur" qui marche plutôt bien en ce moment, un nom qui parle forcément aux plus ouestriens d'entre nous, et un mélange entre pop, phrasé hip-hop et électro innovante, voilà pour les gènes (si vous voulez en savoir plus sur le phénomène Breton, nous l'avons décortiqué à notre manière il y a quelques jours). Mais forcément, lorsqu'un single aussi propre (et pop) que "Envy" a débarqué dans nos chaumières, on a commencé à craindre une certaine "Foalsisation" des esprits du quintette engliche. Maintenant que War Room Stories est dans les bacs, après avoir bénéficié d'une longue campagne d'intronisation, qu'en est-il réellement ? Breton a-t-il perdu l'ombre magnifique qu'il projetait autrefois sur plusieurs pans de la musique moderne ?

Image de prévisualisation YouTube

La réponse n'est pas forcément "non, pas de soucis, tout va bien", et il faut bien l'avouer, certains fans de Other People's Problems, premier album de Breton, seront désappointés. on espère cependant qu'ils prendront le temps de réfléchir, et de se plier à l'évidence : lorsqu'on bricole bien, au bout d'un moment, on se professionnalise. Et la petite entreprise Breton semble avoir un arsenal de compétences plutôt bien articulé. Le groove glacial et méchant de "Got Well Soon", que l'on aurait jamais imaginé sortir des fonderies du collectif il y a encore très peu de temps, respecte l'histoire et l'ADN du groupe, en le sublimant, même si les traces de cambouis que l'on affectionnait tant semblent avoir disparu. Bon, il y a pas mal de piano, et il peut parfois paraître un peu irritant, surtout lorsqu'il est couplé à des arrangements de cordes un peu pompeux ("Closed Category"). Mais le soin apporté aux ambiances, qui tient maintenant davantage de l'orfèvrerie que de la soudure, fait la plupart du temps des merveilles. La très hip-hop "302 watchtowers" en est le témoin, elle qui amène le groupe sur les terres frontalières disputées par Ninja Tune et Warp Records.

Bref, avec le temps de la réflexion, War Room Stories s'apprécie d'autant plus qu'il ressemble plus que jamais à une œuvre complète, et c'est ce qui manquait à Breton jusqu'à présent. Avec un tel album dans le chargeur, Breton risque fort de faire la peau à 2014, sans que quiconque puisse résister à l'invasion.