JE RECHERCHE
Et si on rallumait la radio ?

Et si on rallumait la radio ?

On aurait tort de penser que depuis l'arrivée du web 2.0, l'actualité musicale ne passe que part l'internet. En comparaison avec la presse ou la télévision, la radio reste le seul média à se maintenir, et nous sommes toujours aussi nombreux à l'écouter. Depuis les années 1980 et l'ouverture de la bande FM, les radios associatives et/ou locales fourmillent. Elles font preuve d'une telle originalité et d'une telle ouverture qu'il serait dommage de s'en priver. D'autant plus que grâce au web, elles sont désormais accessibles où que l'on soit ! Green Room Session vous a donc concocté une sélection des stations incontournables et de leurs émissions phares. Et si on (r)allumait la radio ?

 

Radio Grenouille : Bienvenue au Club 

Basée à Marseille, Radio Grenouille oeuvre pour la musique et pour la ville de Marseille depuis 1981. Média associatif, Radio Grenouille multiplie les projets : promenades sonores, projets multimédias en collaboration avec des artistes contemporains, rencontres avec les habitants de la ville... Radio Grenouille a vocation à s'inscrire dans le paysage. Elle pousse également l’exigence artistique jusqu'à proposer du design sonore. Plus que de simples émissions, la radio offre aussi de véritables expériences sonores.
On vous propose donc l'émission Bienvenue au Club, qui nous plonge dans la nuit Marseillaise. En plus de faire découvrir les dernières pépites électroniques,  et de nous balancer un mix une fois par mois avec L'After de Bienvenue au Club, l'émission plonge dans les coulisses de la nuit pour nous proposer "des vilaines rumeurs et de vrais scoops, des élucubrations de trainspotters et des interviews". Ça se passe tout les mercredis à 20h !

 

Radio Béton : Planet Of Sound 

D'abord radio pirate puis radio associative légale, Radio Béton fait vivre la musique depuis Tours. Interdite en 1986, la radio ne se démonte pas et organise un festival, Aucaurd de Tours, avant de reprendre son activité quelques mois plus tard. La persévérance finit par payer puisqu'elle obtient le droit d'émettre en 1990 après quatre longues années de combat acharné. Animée par des salariés et des bénévoles, Radio Béton défend une liberté de ton et de format que seule une radio non publicitaire peut se permettre. Ouverte à tous les styles, il y en a pour tous les goûts. On vous conseille Planet of Sound en particulier, qui diffuse toutes les nouveautés indie le mardi à 22h. 

 

Radio 666 : Punk's not Dead

Radio 666 est une des premières radios à prendre d'assaut la bande FM lorsque celle-ci s'ouvre en 1982. Fini le monopole des radios nationales, on peut désormais émettre localement. Les radios amateurs éclosent un peu partout en France, mais Radio 666 fait partie de celles qui sont toujours en activité. Créée à l'origine par les pouvoirs locaux, elle obtient son indépendance 10 ans après sa naissance. Si sa vocation première était de diffuser le rock sur Caen et ses environs - souvenez vous, c'était l'époque de Bijou, Téléphone et consorts - elle s'ouvre peu à peu à tous les genres. Radio 666 défend les indés, les autoproductions autant que les majors, son seul critère étant la qualité. On vous propose donc les émissions Punk's not Dead et Trafalgar pour une plongée dans le punk et le garage, d'hier et d'aujourd'hui.

 

Radio Prun : Déjeuner sur l'herbe

Créée en 1999 par des étudiants en information et communication de l'Université de Nantes, Radio Prun continue de rassembler la jeunesse de la ville (les bénévoles ont en moyenne 24 ans). En plus de ses émissions d'actualité culturelle, politique ou scientifique la radio ne propose pas moins de 50 émissions musicales par semaine ! Radio Prun forme également aux métiers de la radio, du journalisme et de la communication. 100% associative, la radio refuse elle aussi toute publicité. Elle a fait le choix de l'ouverture musicale mais consacre une bonne partie de sa grille aux musiques électroniques.On vous a sélectionné un Déjeuner sur l'herbe le mercredi à 20h. L'émission traque les nouveautés pour une heure d'éclectisme pur. Et pour les samedis matin difficile, il y a toujours Smooth Morning à 10h, histoire de commencer le weekend en douceur...

 

France Inter : Regarde un peu la France

Didier Varrod est arrivé en septembre 2012 à la tête de France Inter et a choisi de mettre la musique à l'honneur. Ce passionné prend le parti d'augmenter radicalement la part de musique diffusée, qui passe ainsi de 12% à presque 20% ! C'est donc grâce à lui si on peut désormais entendre en pleine journée des artistes qui n'avaient auparavant le droit de cité que dans les émissions nocturnes. On vous conseille donc d'écouter Regarde un peu la France, l'émission du patron qui se penche chaque vendredi sur la scène actuelle en compagnie d'un artiste confirmé et d'un petit jeune. L'émission accueille également Patrice Bardot (rédacteur en chef du magazine Tsugi) et Patrice Demailly (jouraliste à Nord éclair) pour un point de vue tranché sur la chanson contemporaine.