JE RECHERCHE
Alexandre Chatelard : L'Homme Et La Femme (EP)

Alexandre Chatelard : L'Homme Et La Femme (EP)

Second maxi pour le jeune premier Alexandre Chatelard, et toujours cette impression d’entrer dans un cinéma de quartier, les clés de votre Renault5 GTI à l’étroit dans un jean bien moulant. A sa manière, « L'Homme Et La Femme » crève l’écran, bande-son d’un film qui n’existe plus. En matière de musique en France, on sait écrire des chansons (de préférence lyrico-contestataires ou banalo-réalistes) ou faire de la production (allez y sur les violons, prenez m’en deux, je fais des prix au poids) ; mais entre les deux souffles un aride sirocco. Chatelard est un mélodiste. Ce gouffre phénoménal qui tient d'un côté Calogero et Florent Pagny et de l’autre Higelin et Jacno. C’est quand on se met à siffloter des chansons qui se résument à trois notes qu’on prend conscience qu’on fait le grand écart sur une banquise.

 

Alexandre Chatelard l’avait déjà prouvé sur son premier EP (« Les yeux verts ») sorti voilà quelques mois, il sait rajouter des cuivres et des chœurs mystérieux quand il le veut (« Téléfilm » hier, ou « La Traque » aujourd’hui). Conscient que nous plonger dans une ambiance de cinéma ne doit pas nous distraire de l’intrigue principale, il le fait même avec une légèreté dont ferait bien de s’inspirer les apprentis-Air. Et l’histoire ici, c’est cette voix hésitant entre deux tessitures, rétro-Daniel Darc (« Reconstitution ») et post-Gainsbourg (« Etna »), de la sorcellerie qui ne voudrait pas déranger votre paysage. Un téléfilm captivant de vérité derrière des atours plaisamment datés qui ravira ceux qui attendaient mieux de Sébastien Tellier et guettent encore la sortie d’un successeur à You’re under arrest.

 

http://www.myspace.com/alexandrechatelard

H.P.