JE RECHERCHE
Album de la semaine : Angel Haze - Dirty Gold

Album de la semaine : Angel Haze - Dirty Gold

Angel Haze clôt l’année des sorties d’album avec Dirty Gold, un premier effort aussi varié que réussi.

Si Dirty Gold ne devait voir le jour qu’en 2014, le 3 mars exactement, Angel Haze ne l’a pas entendu de cette oreille et l’a fait savoir à sa maison de disques. Après avoir laissé plusieurs messages peu gratifiants à l’égard de Island Records il y a quelques jours, la jolie rappeuse a décidé d’offrir en téléchargement libre son premier album à ses fans, lassée de voir la sortie de celui-ci repoussée plusieurs fois. L’album aura très vite été retiré de la circulation par la maison de disque, mais le leak aura permis à Angel de sortir officiellement Dirty Gold aujourd’hui, soit trois mois avant la sortie prévue. Être une artiste rebelle, ça finit par payer.

Ce qui surprend à la première écoute du disque, c’est la variété des genres musicaux qui émane des titres, alors que l'on s’attendait à un album rap et hip-hop. Si l'on était plutôt habitué à un son brut et sans chichis dans ses précédentes mixtapes, Dirty Gold, lui, semble prendra la direction du raffinement : Angel Haze s’est entouré de musiciens de renom comme Markus Dravs (Arcade Fire, Björk, Coldplay), Mele (Frank Ocean), Greg Kurstin (Lily Allen, Katy Perry) et Mike Dean (Kanye West) pour produire son premier LP. Sur des titres tels que "A Tribe Called Red" et "Black Dahlia" on éprouve beaucoup de plaisir à retrouver la rappeuse féroce des débuts, productions léchées en plus. Son flow est resté intact et peut continuer de faire pâlir de jalousie sa meilleure ennemie dans le milieu, Azealia Banks (qui elle n’a toujours pas d’album à son actif). Angel Haze a prouvé qu’elle était aussi bonne chanteuse que MC en reprenant récemment des tubes de pop stars internationales (Lana Del Rey, Miley Cyrus). Dans "Black Synagogue" et "White Lilies/White Lies" on touche aux meilleures vibes du R&B qui rappellent d'autres maîtresses dans le domaine (Aaliyah, Ciara, Beyoncé). On flirte souvent avec la pop comme dans "Planes Fly" et dans "Battle Cry" en duo avec l’auteur-compositrice-interprète à la mode : Sia. Mention spéciale pour le morceau "Deep Sea Diver" qui crée une véritable addiction au bout de quelques écoutes.

Dirty Gold est un premier album prometteur, truffé de très bons titres en tous genres, qui permet de mieux comprendre le personnage Angel Haze et de lui faire dépasser son statut de simple MC américaine. Influencée par plusieurs de ses consoeurs, Angel Haze a réussi à tirer le meilleur dans le rap, le hip-hop, le R&B, et la pop pour servir un premier disque élégant parsemé de pépites d’or.

Image de prévisualisation YouTube