JE RECHERCHE
Detroit, terrain de jeu pour... les skieurs

Detroit, terrain de jeu pour... les skieurs

Qui aurait cru que la Motor City puisse devenir un domaine skiable ?

860 millions d'euros. Selon une étude, c'est le poids économique du business musical de Detroit, reconnue partout dans le monde pour être la patrie de la Motown, de Carl Craig, de Jeff Mills, d'Eminem et de nombreux autres musiciens issus du rap, de la soul ou de la techno originelle. Sans parler du passif automobile de la ville, encore surnommée "Motor Town" alors même que les piliers économiques de cette branche se sont écroulés depuis longtemps, engageant une partie de la ville dans un certain délabrement. Detroit, aujourd'hui première ville officiellement "en faillite", possède d'immenses franges de friches industrielles et de quartiers désertés, ce qui la rend étrangement fantomatique. En tout cas, certains voient dans ce no man's land un Eldorado à rider sous toutes ses formes.

Si la team Poor Boyz se met en scène avec une bande originale aussi sophistiquée, c'est pour rendre honneur à la ville sur laquelle ils glissent. Karl Fostvedt, Khai Krepela et Max Morello dressent eux-mêmes leurs courbes dans des bâtiments désaffectés pour des sessions freestyle bien costaudes, qui ont le mérite de faire vivre ces magnifiques ruines autrement. Bravo à eux, et longue vie à Detroit, qui, on en est sûr, renaîtra de ses cendres.

Pour aller plus loin, deux morceaux de la bande originale, made in Detroit Bien entendu :

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube