JE RECHERCHE
Musique, nightlife, street food : nos pronostics pour 2014

Musique, nightlife, street food : nos pronostics pour 2014

Arcade Fire, M.I.A., les food trucks... les tops et bilans se sont multipliés en cette fin d'année. Il est temps de laisser tomber le rétroviseur et de regarder droit devant ! Si on n'a pas encore de boule de cristal, rien ne nous empêche de faire nos pronostics pour 2014. Green Room Session a sélectionné quelques tendances, artistes, phénomènes qui risquent de prendre de l'ampleur l'année qui arrive. 

 

La musique

Breton

Après un premier album qui avait défrayé la chronique, tant par son contenu que par la manière dont il avait été conçu, le collectif londonien reviendra en février avec un nouvel album. Pour l'occasion, Breton délocalise sa petite entreprise à Berlin après que leur squat légal, installé dans une ancienne banque, ait fermé. Gageons que Breton continue de puiser dans la veine expérimentale, tout en développant une furieuse force pop. 

 

Neneh Cherry 

La chanteuse-égérie des eighties, et aujourd'hui quasi-cinquantenaire, revient avec un album produit par…Four Tet ! Enregistré dans l'urgence cet été, Blank Project sera la surprise de ce début d'année. Un retour que l'on attendait plus (ou pas ?) et une collaboration dont ne se serait pas doutée qui donnent naissance à un mélange de jazz, d'électronique et de chants habités. Une vraie perle brute. 

 

Chance The Rapper 

Deux mixtapes, quelques titres et une collaboration auront suffi à positionner Chance The Rapper comme le nouvel espoir rap. Voire même comme nouvelle pointure (il a déjà tourné avec Kendrick Lamar, Eminem…). Chance The Rapper renoue avec un hip-hop aux accents soul, punk, et même acid jazz, laissé en friche de puis une bonne dizaine d'années. Son premier album sortira l'année prochaine, et il y a fort à parier qu'il tienne le haut du pavé. 

 

Cyril Hahn

D'abord connu pour ses remises de R'n'B d'une incroyable efficacité, le DJ suisse, et Canadien d'adoption s'est occupé de toutes les divas : Destiny's Child, Mariah Carey, Solange… Il a transformé leurs titres en petites perles house au tempo tranquille. Mais c'est également sa réputation de DJ qui lui vaut droit de citer comme espoir 2014. Ses passages trop rares ont alimenté les discussions ("mais, c'est si bien que ça?") et sa tournée française au printemps permettra enfin à tout le monde de se faire une idée ! 

 

Ry X 

Il aura fallu un petit moment à l'Australien pour trouver sa voie, mais depuis qu'il a publié son morceau "Berlin" plutôt cette année, Ry X a atterri dans notre liste d'artistes à suivre de près. Quelque part entre Bon Iver et de la folk nordique, Ry X fait dans le minimalisme glacé et touchant. Son premier EP, Berlin EP, sera d'ailleurs la première sortie du label suédois Dumont Dumont. 

Benjamin Clementine

C'est aux Transmusicales de Rennes, l'année dernière, que l'on a découvert Benjamin Clément. Mais le Français d'adoption a été avant tout découvert lorsqu'il jouait … dans le métro ! Véritable storyteller, son premier EP se situe quelque part entre la soul, la folk et le jazz. De morceau et morceau, il nous raconte des histoires poignantes et sincère. On attend donc le format long avec impatience. 

 

La fête : c'est quand vous voulez

Si c'est la Concrete qui a donné une impulsion nouvelle au clubbing parisien en le faisant sortir de son carcan, le mouvement n'en est qu'à ses débuts. Après les afters, qui se sont multipliés, et les lieux de clubbing de plus en plus atypiques (les Die Nacht/Blank, Weather, We Love…), c'est au tour des horaires de prendre des libertés. 

Marre de clubber la nuit ? Fatigué de sortir de le weekend ? Il y a fort à parier qu'en 2014, ça ne sera plus un problème. Tout a commencé avec l'Institut Suédois qui a importé le concept des "lunch beat" à Paris. L'idée est simple : plutôt que de manger un sandwich sur le pouce devant son écran, ou d'aller à la salle de gym, préférez une heure de clubbing. Cette pause dej' aura le même avantage de la dite salle mais en plus, elle a des chances de vous mettre de meilleure humeur. La RATP a, elle aussi, repris le concept en faisant mixer Yan Wagner entre 13h et 14h en septembre dernier. 

Mais ce sont les anglais sont allés le plus loin en ouvrant le Morning Glory. Soit le clubbing avant le boulot. Toute la semaine, de 6h30 à 10h30, les Londoniens peuvent aller se défouler, se faire masser et prendre un petit déjeuner avant d'attaquer leur journée. A voir la vidéo, on a encore des doutes sur la formule… 

Une chose est quand même sure, en 2014 : dansez quand vous voulez !

 

Tendance : Do It Yourself

Les nombreux clashes de cette année nous l'ont prouvé : il n'est pas toujours facile pour un artiste de travailler avec un label (ou un tourneur, une boite de promo…). Souvenez-vous de M.I.A. qui menaçait de faire leaker son album ou d'Angel Haze qui s'est battue pour avoir une date de sortie, et on en passe et des meilleurs. 

Certains artistes ont donc décidé de tout faire tout seul. Le collectif le plus emblématique de cette année est sans aucun doute Fauve. Après avoir longuement réfléchi et étudié les propositions des maisons de disques, qui devaient être plus qu'alléchantes, ils ont décidé de monter FauveCORP et de gérer leur affaire comme ils l'entendent. Personne pour donner son avis sur le clip, la date de sortie, le plan promo ou les dates de concert en dehors des principaux intéressés ! Le "collectif ouvert", comme ils se définissent, prend les décisions en interne. 

Et ils ne sont pas les seuls à avoir décider de fonctionner comme ça. L'Animalerie, collectif de rap lyonnais, adopte peu ou prou le même système. A ceci près qu'elle fait aussi office de pépinière et regroupe une foule d'artistes autour d'Oster Lapwass, beatmaker de son état. Au programme : des dizaines de vidéos faites maison et un vrai esprit d'entraide. Et à l'inverse de FauveCORP qui parle d'une voix, l'Animalerie fait le pari inverse et chacun parle pour soi, même s'ils se connaissent tous et travaillent ensemble. Défendre une scène rap DIY, voilà le crédo de ces étranges animaux. 

united

Et enfin, United Suburbs fait, lui, le vœu de défendre et promouvoir la "musique de banlieue". Non, le collectif ne parle pas que de rap, la majorité des projets étant d'ailleurs électro. Né en 2011 de la réunion de trois groupes, United Suburbs a rapidement évolué pour multiplier les projets. En témoigne leur compilation La Cassette. Le but ? Réinventer la banlieue et en faire une "utopie artistique" baptisée Californie Française. 

En 2014, la musique sera solidaire et collective ! 

 

Food : retour à la terre

Vous aussi, vous commencez à en avoir un peu marre des food trucks ? Si le concept camion + fast/good food nous avait séduit, on ne peut plus traverser un arrondissement de la capitale sans tomber sur le dernier "super burger de la mort". 

Mais comme nos habitudes alimentaires ne vont pas changer pour autant, et que le budget restau n'est pas extensible, parions que le take away a encore de beaux jours devant lui. Il suffit juste de réinventer la formule ! Ce qu'ont fait avec brio quelques restaurants de la capitale. En 2014, mangez terroir ! 

Le Caluc : option Aveyron

Du lundi au vendredi, de 8h à 20h, venez testez la caluc, cette sorte de "wrap vert à base de persil et d'épinards" que vous pourrez agrémenter de poulet, d'agneau, de canard, voire même le manger végétarien. Et en plus de ces sandwiches qui viennent mettre un peu de bonheur dans nos assiettes du midi, vous pourrez aussi profiter des soupes du jour et des glaces artisanales ardéchoises !

11, rue des Petites Écuries, Paris. 

Le Miznon : option mixed up 

caluc

Ce n'est pas parce qu'on a dit terroir qu'on doit se cantonner à une région en particulier ! Miznon, au contraire, s'amuse à varier les plaisirs : du bœuf bourguignon à la ratatouille en passant même par…le kebab ! On y trouve aussi du merlan breton, ou des tartares de thon. La cantine, colorée et "à l'ancienne", joue de son charme et remettra de la bonne humeur dans votre gosier. Et bien sur, il y a les formules à emporter pour le midi. 

22, rue des Ecouffes, Paris

 

Chez Josse : option traiteur

Situé dans une ancienne pharmacie, sur les hauteurs de Montmartre, Chez Josse allie simplicité, savoir-faire, bonne humeur et rapidité. Des sandwichs en passant par les plats chauds (ou les burgers, si vous n'en avez pas marre), les produits sont bien choisis et les prix abordables. 

6 rue Trois Frères, Paris

 

En conclusion, en 2014 : dansez où vous voulez, mangez régional, et jouez collectif !