JE RECHERCHE
Album de la semaine : 7 Days of Funk (Dam-Funk & Snoopzilla)

Album de la semaine : 7 Days of Funk (Dam-Funk & Snoopzilla)

Snoop Dogg redresse la barre le temps d'un EP magique en compagnie de Dam-Funk.

On a déjà tout dit sur les dérives récentes de Snoop Dogg, sa transformation bidon en Lion pseudo-rasta et ses pubs complètement délurées. Ce type, il y a encore trois mois, n'était encore à nos yeux que l'ombre de lui-même. Il a fallu un titre, nommé "Faden Away" pour que l'on se rappelle que dans des temps immémoriaux, il fut l'un des meilleurs rappeurs du monde. Une fois le rideau levé, on a compris quel coup il nous tramait : une collab' avec le producteur Dam-Funk, l'un des secrets les mieux gardés de Los Angeles et du label Stones Throw. Le truc le plus excitant de l'univers pour tous les amateurs de rap west-coast, donc.

Bon, après une semaine d'écoutes, le Monde doit être prêt à entendre la nouvelle : cet EP est la bouée qu'il fallait à Snoop Dogg pour se sauver de lui-même. En huit titres (ouais, presque un mini-album), l'ingrédient principal de la carrière de Snoop (renommé Snoopzilla pour l'occase) se retrouve débarrassé de la gangue immonde qu'on lui a collé ces cons dernières années : son flow traînard et nonchalant, qui cache à peine une précision de flow incroyable, (re)fait des merveilles, comme si c'était normal. Et ça l'est probablement pour lui, d'ailleurs. "Hit Da Pavement" est une tuerie de groove 90's kitsch et brumeux, qui laisse place à... du chant sur "Let It Go", morceau parfait pour rouler au ralenti en Cadillac Rose sur La Cienaga au coucher de soleil. Le single "Faden Away" cité plus haut reste l'un des moments forts de l'EP, certes, mais il est extrêmement dur de trouver une faiblesse à ce disque, mis à part qu'il risque de ne pas plaire à tout le monde, le délire développé étant très référencé. Mais impossible de ne pas saluer un tel effort, qu'on espère voir prendre vie sous nos yeux un jour ou l'autre si jamais les deux compères tentent une tournée européenne.