JE RECHERCHE
Beastie Boys, Arcade Fire... 5 "rip-offs" publicitaires de morceaux cultes

Beastie Boys, Arcade Fire... 5 "rip-offs" publicitaires de morceaux cultes

Retour sur une affaire compliquée qui oppose les Beastie Boys avec un fabriquant de jouets... Une histoire qui n'est pas la première du genre !

Peu de chances que vous puissiez voir cette pub à la télé : le fabricant de jouets qui l'a produite est typiquement américain. La référence, d'ailleurs, ne fonctionnerait pas chez nous, car elle s'appuie sur des textes rappés en anglais... L'objet de la pub en question : casser les stéréotypes sexualisants sur les jouets "de garçon" ou "de filles" en montrant un trio de petites filles qui semblent vouloir s'émanciper du cliché de la princesse tout de rose vêtue qui joue à la Barbie. Le tout avec une B.O. qui reprend directement le titre "Girls" des Beastie Boys, en changeant les paroles, à la base assez sexistes, pour les remplacer par quelque chose de plus égalitaire. On approche tranquillement des 9 millions de vue sur YouTube à l'heure qu'il est.

La publicité en question :

Image de prévisualisation YouTube

Le morceau original :

Image de prévisualisation YouTube

 

Le groupe (qui, on le rappelle, a perdu l'un de ses membres l'année dernière) a tenté de contacter la compagnie, qui a décidé de poursuivre le groupe de manière préventive. Selon elle, les paroles d'origine étant à teneur discriminante, la parodie a toute sa raison d'être. Le groupe, depuis, leur a écrit une lettre ouverte :

Comme des millions de personnes qui ont vu votre publicité “GoldieBlox, Rube Goldberg & the Beastie Boys,”, nous avons été très impressionnés par la créativité et le message qu'elle diffuse. Nous supportons totalement le principe de donner de la confiance aux jeunes filles, de casser les stéréotypes de genre et de tenter d'initier des passions féminines pour la technologie et l'ingénierie (cette partie faisant référence à un message présent sur le site de GoldieBox présentant l'entreprise comme un facteur d'inspiration pour "la prochaine génération de femmes ingénieures", ndlr).

Aussi créative que cette campagne vidéo puisse être, elle reste dans le domaine de la publicité destinée à vendre un produit, et il y a longtemps, nous avons pris ensemble la décision de ne pas permettre que notre musique ou notre nom soit associée à un quelconque message publicitaire. Et lorsque nous avons essayé de demander comment cela se faisait que notre chanson soit détournée dans votre pub, VOUS avez décidé de NOUS poursuivre.

Les Beastie Boys, à travers plusieurs morceaux comme le célébrissime "Sure Shot", ou par l'intermédiaire de prises de paroles télévisées, ont exprimé des regrets par rapport à leurs propos envers les femmes au début de leur carrière (qu'ils ont commencé très jeunes). GoldieBox espérait donc obtenir le consentement du groupe, qui, on l'a appris très récemment, ne fait que respecter l'une des volontés de feu Adam Yauch, inscrite dans son testament : celle de ne plus jamais associer la musique des Beastie Boys avec une quelconque publicité. Un sacré sac de nœuds délicat à démêler, donc, on vous tient informés de la suite des événements...

Mais ce cas n'est évidemment pas isolé, bon nombre d'entreprises privées, pour la plupart américaines si on en juge par la provenance des exemples en la matière, ont déjà été tentées de "ripper" un morceau original afin d'illustrer une de leurs publicités. Rétrospective.

 

Nokia versus The xx

Même si Nokia a longtemps eu un train de retard sur le champ des smartphones, leurs publicitaires ont visiblement de bons goûts musicaux, à en juger par ce repompage quasi à l'identique d'un morceau du combo anglais The xx :

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Microsoft versus Arcade Fire

Bing, ça voud dit quelque chose ? Mais siiii, le moteur de recherche alternatif à Google proposé par Microsoft. Bon, déjà, on peut être sûr que la firme n'a pas conquis le coeur des fans d'arcade Fire avec cette publicité...

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Troy University versus Grizzly Bear

Si, en France, le morceau "Two Weeks" a été proprement utilisé dans une publicité pour une marque de voitures, outre-Atlantique, on préfère singer le morceau original pour ne pas payer les droits !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Wolkswagen versus Beach House

Si le groupe a réussi à interdire cette publicité pendant longtemps, l'agence qui l'a créé l'a remise elle-même en ligne sur son site, à défaut d'une diffusion médiatique réelle.

Image de prévisualisation YouTube