JE RECHERCHE
Album de la semaine : Sébastien Tellier – Confection

Album de la semaine : Sébastien Tellier – Confection

Le pianiste barbu a voulu ranger ses fanfreluches au placard, il ne reste au final plus grand chose.

Vous vous rappelez de "La Ritournelle" ? Mais si, cette magnifique pièce de pop au piano que vous connaissez sans doute sans même savoir que c'est un dénommé Sébastien Tellier qui l'a composé... Un type aux grandes ambitions musicales, qui ne reniait pas la grandeur tant qu'elle était accompagnée d'une certaine élégance, voire d'un effacement de l'être pour ne laisser parler que la musique. Puis le Tellier 2.0 est venu à nous. Cheveux plus gras, lunettes de soleil, costumes blancs, production signée Guy-Man, le compositeur s'est mué en icône pop, et ça ne nous a pas déplu. Idem pour le délire Pépito Bleu, qui a poussé les habitudes de grandeur du bonhomme jusqu'à la limite de l'auto-parodie, sans pour autant oublier de faire de la pop, en frôlant parfois le génie.

Alors forcément, lorsque Sébastien Tellier nous dit "ce coup-ci, je vais y aller mollo", on a un peu peur de perdre l'essence du bonhomme, et puis on se rappelle. On se rappelle que l'homme qu'il a été possède a priori tout le potentiel pour nous faire chialer. Sauf que non, Confection ne nous arrache pas grand chose, hélas. Peut-être un vague sentiment de nostalgie, certes, mais il n'y a qu'à voir l'ambiance antique que dégage le triptyque "L'amour Naissant" pour qu'une gêne réelle se mettre à nous titiller l'échine. Cet album, s'il possède plusieurs moments stimulants (l'étrange et belle "Curiosa", la multiple "Coco et le labyrinthe") sent la tentative ratée de raviver une flamme éteinte, avec exactement les même outils stylistiques. Allez, comptez le nombre de moments où vous pensez écouter "La Ritournelle" au long de cet album et vous verrez.

Bref, Sébastien Tellier nous avait intrigués avec ce retour à la sobriété, qu'il n'aura hélas pas spécialement transformé. Si jamais vous ne connaissez pas les premiers disques du compositeur, cependant, peut-être que Confection pourra trouver un peu d'égards de votre part, qui sait ?