JE RECHERCHE

Two Door Cinema Club : Tourist History

Two Door Cinema Club n’a pas eu à emprunter la porte de derrière pour assurer si vite les premières parties de Phoenix et – déjà -  supporter la comparaison avec eux. Depuis que le label défricheur Kitsuné a mis le bien nommé « Something Good Can Work » sur sa compilation Maison l’an dernier, les blogs s’entichent de leur pop dopée aux hormones adolescentes. Moralité : Quelque Chose De Bon Peut Marcher, même si on l’a déjà exploité jusqu’à plus soif. La preuve ? Ceux qui étaient soulagés d’être débarrassés de la cuvée Bloc Party et Kaiser Chiefs pourraient même se laisser séduire par la cure de jouvence de Tourist History. Il fallait bien trouver des remplaçants à Foals et Late Of The Pier, devenus incapables de nous faire danser innocemment, trop occupés qu’ils sont désormais à prouver leur maturité sur de nouveaux titres torturés.

 

Un passe-partout pour le succès

Souhaitons donc la bienvenue aux petits insolents de Two Door Cinema Club, trio formé en 2007 en Irlande du Nord. Leur album a été enregistré dans l’urgence et cela s’entend. Il ne fallait pas prendre le risque de faire attendre les blogueurs qui avaient déroulé le tapis de souris, dans l’attente de leur livraison. Le premier single « I Can Talk » ressemble donc à un sprint avec paroles hachées et rythmique saccadée, le second, « Undercover Martyn », va pareillement droit au but : du rock qui puise dans l’électro sans épuiser son capital pop. Two Door Cinema Club détient les codes pour éveiller nos sens et s’offre un passe-partout pour les chambres adolescentes et les dancefloors des plus de 18 ans. Espérons seulement que celle de la porte de la sortie reste encore éloignée quelque temps. Retrouvez Two Door Cinema Club aux Eurockéennes de Belfort en juillet prochain.

 

TWO DOOR CINEMA CLUB // "Tourist History" // Kitsuné (Coop)

http://www.myspace.com/twodoorcinemaclub

Charline