JE RECHERCHE
Ces artistes qui chantent (encore) en français en 2013

Ces artistes qui chantent (encore) en français en 2013

En bons mélomanes que vous êtes, vous n’êtes à coup sûr pas passé à côté de la tendance qui se répand dans le paysage musical français ces dernières années : nous sommes en 2013, et toute la population artistique Gauloise est occupée par des chants grands-bretons... Toute ? Non ! Car une poignée d'irréductibles artistes résiste encore et toujours à l'envahisseur. Portrait de quelques uns de ces artistes qui continuent à préférer la langue de Molière à celle de Shakespeare.

La chanson française a ses successeurs ! Brassens, Gainsbourg, Brel, Léo Ferré peuvent être fiers : toute une génération d'artistes prennent leur relève, pour le meilleur et pour le pire.

 

Le Dandy belge : Stromae

Enfant de la belgique francophone, fils d'une mère belge et d'un père rwandais, nous nous demandions il y a quelques temps si il allait (enfin) convaincre les mélomanes indés avec son nouvel album Racine Carrée sorti il y a quelques semaines. S'étant fait remarquer pour son premier album Cheese, sorti en 2010, en particulier pour le titre "Alors on danse", Stromae est un subtil mélange de musique électronique, de rap et de chanson française. Souvent comparé à un Brel des années 2000, bel hommage à son grain de voix, Stromae se défend d'utiliser le français : c'est sa culture d'origine, et pour lui, il n'y a pas que l'anglais, le français sonne aussi bien (1). Et c'est peut-être la recette de son succès : des chansons à texte, un grain de voix remarquable, des musiques accrocheuses et travaillées, et tous les ingrédients pour que tous les auditeurs reprennent en choeur "Formidable" ou encore "Papaoutai".
Alors on danse.
(On vous rappelle, pour les amateurs, que Stromae sera en live aux Transmusicales de Rennes.)

Image de prévisualisation YouTube

 

La thérapie urbaine : Fauve

Fauve, que l'on aime ou que l'on n'aime pas, fait partie de ces groupes qui sont devenus en quelques temps de véritables phénomènes. Passés de quasi inconnus il y a un an à artistes incontournables de la scène française actuelle, les cinq du collectif Fauve font partie de la tribu des artistes qui ont choisi de chanter en français. Aux croisement de la pop, du rock, du hip-hop et du slam, le groupe utilise le français pour parler du quotidien, des aléas et des tracas de la vie de nous tous, sans passer par un intellectualisme anglophone ou tout simplement des textes anglais qui privilégient la sonorité au sens. Et c'est peut-être là le pourquoi de leur succès : de la chanson à texte, des mots justes qui trouvent leur chemin chez tout le monde, qui parle de tout le monde, dans des morceaux construits plus comme des poésies que comme de véritables chansons "couplet-refrain-couplet-break-refrain", et dans lesquels les textes sont la matière première et où la musique est plus un support au service du poétique.

Image de prévisualisation YouTube

 

Les inclassables : Blind Digital Citizen

Blind Digital Citizen, ou encore 0[]V, voir BDC, est un quintet français aussi mystérieux qu'intriguant. Sortis de nulle part avec leur EP War en 2010, les français se taillent un petit nid douillet dans le milieu underground. Là où bon nombre de leurs comparses du milieu éléctro-pop-psychédélique-rock-cold-wave font sonner leurs morceaux en anglais, les BDC posent leurs valises à une époque où la cold-wave se chantait encore en français (mais "qui s'en rappelle ?", comme nous le demande "Enfant Flamme"). Cette année est sorti leur second EP, le génial Enfant Flamme, ainsi qu'un remix d'un autre français, Rone, et de son titre "Parade" pour un résultat magnifiquement poétique.

Image de prévisualisation YouTube

 

Pour la déconne : Sexy Sushi

Comme ils le disent dans le single extrait de leur dernier album Vous n'allez pas repartir les mains vides, sorti en avril dernier, les Sexy Sushi "Aiment leur pays". Ils aiment leur pays, au point de déclarer être prêts à représenter la France à l'Eurovision en 2011, suite à une pétition sur Facebook. Ils se disent aléatoirement punk ou désireux d'être classés dans la chanson française, et sont au final les meilleurs figures de proue de ce que le français peut représenter de bons mots et de turlupinades décalées, de second degré poétique et de jeux de mots douteux, de l'utilisation d'une langue poussée à l'absurde pour devenir de grandiloquents défenseurs de la déconne, des fanfarons de l'éléctro-clash qui scandent en français des slogans tels que "Tout le monde aime les gateaux". Comme quoi, le français n'est pas utilisé que pour être sérieux.`

Image de prévisualisation YouTube

 

Le poète : Lescop

Vous avez sûrement croisé Lescop dans les festivals cette année. Le français Mathieu, aka Lescop, fait revivre les heures de gloire de la cold-wave des années 80, inspiré de Joy Division ou encore des Doors mais également de l'héritage laissé par la chanson française. Chanter en français, ce serait pour lui un réflexe assumé (2), une sonorité unique et différente de ce à quoi nos oreilles se sont habituées avec l'omniprésence de l'anglais. Le Français utilise sa langue natale pour raconter des poèmes sombres, envoûtants, une "pop noire", pour dire des mots d'amour venus du cœur de cet artiste qu'on compare régulièrement à Étienne Daho. Preuve en est avec son titre phare "La Forêt".

Image de prévisualisation YouTube

 

Les nouveaux punks : La Femme

Comme ne le laisse pas du tout pressentir le titre de leur album sorti cet année Psycho Tropical Berlin, La Femme est bel et bien un groupe français, qui chante en français. Formé en 2010, et héritier de la cold-wave des années 80 et du surf rock des années 60, La Femme est un groupe d'électro-pop en cd, devenant un véritable groupe de punk-rock sur scène. Les raisons du choix de cette langue ? Le groupe est principalement influencé par des groupes français, et écoute beaucoup de musique française, le choix de leur langue natale leur a donc semblé être une évidence (3). Un groupe dont on tombe très vite amoureux.

Image de prévisualisation YouTube

 

Bonus : Ceux que l'on aurait préféré oublier : le retour de Kyo

Oui, on a longtemps cru à la blague internet, à une boutade douteuse qui voudrait que le groupe de "rock" de midinette qui avait connu le succès en 2003 pour son album Le Chemin reviennent dix ans plus tard avec un nouvel album. Empyr, le side-project du chanteur avec des membres de Pleymo, Vegastar et Watcha était déjà plus que douteux, on peut donc redouter cet (apparemment) véritable retour programmé d'ici la fin de l'année.

Image de prévisualisation YouTube