JE RECHERCHE
Stromae va-t-il (enfin) convaincre les mélomanes indé ?

Stromae va-t-il (enfin) convaincre les mélomanes indé ?

Le chanteur belge, de retour avec un nouvel album nommé Racine Carrée, va cartonner dans les charts. Peut-être moins chez les amateurs de Disclosure, et c’est bien dommage.

Alors, on re-danse ? À vous de voir, mais force est de constater que Racine Carrée, le deuxième album de Stromae qui sort aujourd’hui en bacs, contient de quoi brancher le corps de tout humain qui s’y frotte sur le courant électrique d’un dancefloor accessible à tout le monde, et sans videur à l’entrée. Et c’est peut-être ça qui va coincer chez les défenseurs du bon goût, persuadés que la sélectivité est bonne conseillère lorsqu’il s’agit de musique électronique. Bah oui, si tu passes sur NRJ et que les portes du Trésor à Berlin te sont fermées, à quoi bon t’écouter ? Pas si simple, pourtant : dès la première écoute, cet album confirme ce que les deux premiers singles nous sussuraient déjà à l’oreille : Stromae est bien plus malin que le tout-venant modern-house proto-techno indus-step pour danseurs nocturnes un peu snobs. Stromae va avoir du succès, c’est certain, et voici pourquoi il n’arrivera pas à franchir certaines portes malgré toutes les qualités qu’il possède.

 

Il n’est pas Américain

C’est bête à dire, mais c’est peut-être son principal “défaut”. Stromae est Belge, de culture européenne, celle qui fait encore trop souvent la distinction entre bon et mauvais goût, entre “mainstream” et “underground”, alors que le monde de la musique américaine s’en fout complètement depuis au moins une décennie. Le plus dur dans tout ça ? Nous mêmes, Européens éclairés que nous sommes, assumons complètement d'apprécier le mauvais goût, ou en tout cas le côté éminemment pop et accessible, de certains artistes venant d’outre-Atlantique, justement parce que là-bas, c’est “autorisé” ! Alors, Beyoncé produite par Diplo, oui, mais Stromae, non ? Encore une fois, à chacun de voir, mais il serait dommage de lui fermer les portes de votre iPod qui contient pourtant des morceaux de Charli XCX, de Kanye West ou de Phoenix.

Image de prévisualisation YouTube

 

Il allie la chanson à texte et la dance music

Oui, c’est ainsi, Stromae use de sa voix pour dire des choses, le tout sur un tapis sonore majoritairement électronique, à tendance dansante. Deux règles de goût pourraient venir contrecarrer cet état de fait et le transformer en défaut. Primo, ne pas mélanger deux sensations a priori contradictoires, celle d’un appel à la danse qui n’a rien de hautement cérébral, et celle d’une série d’émotions provoquée par la compréhension des textes. En résumé “viser les pieds et le coeur en même temps fait rater la cible”. De fait, très peu d’artistes se sont frottés à la question, encore moins francophones. Ce primat de l’Histoire peut faire penser à une seconde règle : la seule musique électronique qui vaille la peine d’être écoutée/dansée est instrumentale, sinon elle devient galvaudée. C’est ce que doivent penser la plupart des clubbers “qui savent”, et qui n’essairont jamais de se faire happer par les morceaux poétiques et troublants de Stromae, qui, au moins, a eu le bagou d’envoyer valser les règles précédemment citées.

 

Il invoque un héritage trop lourd

Tout le monde le répète à l’envi : Stromae, c’est un Jacques Brel junior qui fait de la house. Grand bien lui en fasse, et effectivement, on peut encore lui reprocher de singer légèrement son compatriote, qui a marqué l’histoire de la chanson francophone. Autant dans les thèmes que dans la voix (cf la très belle “Formidable”), on peut donc retrouver des similitudes. Bon, OK, mais ceux qui lui reprochent ce côté filial ont tort de le mettre hors-jeu pour ça. Parce qu’il n’y a pas de honte à s’inspirer des grands (Stromae n’a jamais caché qu’il a écouté Brel étant petit), ou parce qu’en l’occurrence, sa scansion (très proche du rap) et les sujets abordés éloignent tout de même pas mal les univers des deux bonhommes. Et surtout, avis aux haters, avez-vous  écouté Jacques Brel au moins une fois dans votre vie ? Un conseil, faites-le autant que possible, vous découvrirez un artiste sublime, et vous comprendrez au fur et à mesure que Stromae se situe bien au dessus d’un quelconque plagiat.

Image de prévisualisation YouTube

 

Il chante dans l’autoradio de tes parents

La meilleure illustration du point précédent est que Stromae parle naturellement aux adultes. Pas aux 25-30, même s’ils sont également conquis par le frêle jeune homme, mais par Jean-Michel et Monique, qui écoutent des radios de grande écoute en allant faire les courses, et qui, pour une fois, sont heureux de pouvoir comprendre la musique de leurs gosses. Et pour beaucoup de mélomanes “pointus”, il n’est pas question d’écouter qui que ce soit d’un tant soit peu populaire auprès de plusieurs tranches d’âge ou de catégories socio-professionnelles. Parce qu’un secret bien gardé est bien plus savoureux. Stromae a davantage le goût de Nutella que de bagel bio, certes, mais vous savez aussi bien que nous que vous raffolez d’huile de palme quand personne ne vous voit. Pour le coup, on ne dira rien à personne, donc foncez.

 

Il pactise avec l’ennemi

Quoi, Stromae a invité Orelsan, et surtout l’infâme Maître Gims sur un morceau ? On fait des mauvaises chroniques d’album pour moins que ça ! N’empêche, Stromae fait ce qu’il veut. Chanteur po-pu-laire, on vous a dit. Orelsan passe l’examen de rattrapage sans problème, lui qui a su populariser et tourner en dérision l’héritage du rap français. Maître Gims, échappé de Sexion d’Assaut, a conquis tous les forums 15-18 dernièrement, et il est évidemment intéressant de le voir se confronter à un univers un poil différent, dans un trio plutôt iconoclaste. Le résultat ? Pas le meilleur morceau de l’album, mais pas de quoi griller en Enfer, désolé.

Racine Carrée (Mosaert)

En bonus, cette chouette interview vidéo du Parisien, dans laquelle Stromae raconte son vécu du tournage du clip de "Formidable", tournée en caméra cachée, dans laquelle il a feint d'être ivre sur l'une des places les plus fréquentées de Bruxelles.

Image de prévisualisation YouTube