JE RECHERCHE
Les modes musicales aussi folles qu’éphémères : le grebo (3/5)

Les modes musicales aussi folles qu’éphémères : le grebo (3/5)

La musique d’aujourd’hui n’est pas avare en nouvelles tendances. certaines perdurent, d’autres s’insèrent gracieusement dans le paysage, et il y a celles qui ont fait beaucoup de bruit… pendant peu de temps. Green Room Session ressort quelques dossiers bien croustillants !

Si vous n'êtes pas né au début des années 70, cette tendance musicale a forcément du vous échapper, à moins que vous n'ayez une fibre historienne en vous. Et même si c'est le cas, vous avez sûrement de jolis dossiers "rock alternatif", "punk", "indus" et "électro old-school" dans votre disque dur. Grebo ? Évidemment, vous ne connaissez pas. Et pour cause, très peu d'entre nous sont capables de citer de mémoire un seul groupe qui a participé à cette tendance, qui a fait parler d'elle à la fin des années 80.

Le grebo, dont le nom est emprunté à une tribu d'Afrique de l'Ouest, mélange donc un paquet d'influences rock, post-punk en tête, en le mâtinant de musique industrielle, avec tout le folklore musical (et vestimentaire) que cela implique. En y ajoutant une bonne couche de musique électronique, alors en plein développement, et dont les digressions kitsch (qui sont toujours légion lorsqu'un nouveau courant se crée, il faut bien tester pour apprendre) ont été avalées par ce gloubi-boulga sonore, finalement très dur à ranger dans une case.

Image de prévisualisation YouTube

Les néo-punks proto-cybernétiques aux dreadlocks immondes qui ont écouté du grebo dans leur jeunesse regrettent peut-être leur look, mais ils réécoutent sûrement quelques bons disques de Pop Will Eat Itself avec plaisir, le groupe, toujours actif aujourd'hui, ayant sorti quelques bons opus au début des années 1990. Pour le reste, vous pouvez aussi tester quelques morceaux de l'album Bite de Ned's Atomic Dustbin, dont le logo est un signe atomique (exactement le type d'imagerie fluo-ringarde véhiculée dans le grebo). On peut également quitter un instant les Midlands, lieu d'origine de cette mouvance, pour jeter une oreille curieuse au Londoniens Carter USM ou aux Gaye Bykers on Acid (ça ne s'invente pas), qui ont sorti un film complètement halluciné dont ils ont réalisé la bande originale. Mais n'insistez pas trop quand même, le grebo restant l'une des tendances avortées qui nous font dire qu'on est plutôt bien lotis en 2013...

Image de prévisualisation YouTube

Dans la même série :

La fidget house (1/5)

La witch house (2/5)