JE RECHERCHE
Google Play Music, enfin Français !

Google Play Music, enfin Français !

Un nouveau concurrent vient d'apparaître dans l'offre de streaming musical en France, et c'est Google qui tient les rênes. Pas toujours pour le meilleur.

Deezer, Spotify et iTunes Radio peuvent commencer à trembler (ou pas), un nouveau challenger vient d'apparaître sur notre territoire. On vous en avait déjà parlé, il s'agit tout simplement du service d'achat et de streaming musical du géant Google, qui a eu un peu de mal à démarrer dans le domaine.

Google Music, rebaptisé Google Play Music (pour coller avec l'univers Google Play développé par la firme), vient d'ouvrir en France à minuit, dans la nuit du mercredi 7 août à aujourd'hui, jeudi 8 août. Les USA, eux, pouvaient profiter de tout ça depuis le printemps. Pour être précis, le service en question s'appelle Google Play Music All Access (ça commence à faire long) qui permet, via une interface de type "store", d'acheter des titres ou encore de se délester de quelques deniers par mois pour profiter d'un service de streaming similaire à ses concurrents. Autre option disponible (mais pas novatrice pour autant), la possibilité de "clouder" les morceaux de sa bibliothèques de titres personnelle, pour qu'ils puissent être écoutés de n'importe où, potentiellement sans connexion s'ils ont été synchronisés avec l'appareil qui les joue.

Image de prévisualisation YouTube

En gros, on a affaire à un concurrent sérieux de Deezer et consorts, qui se bat exactement avec les mêmes armes. Ah, on nous dit dans l'oreillette que quelques options un peu funky sont au menu : un système de radios mieux pensé, aisément "transposable" en playlists à garder sous le coude, et surtout un tarif unique de 9,99€ par mois, pour toutes les options, voire 7,99€ par mois si vous commandez tout ça avant le 15 septembre.

Le seul hic, et pas des moindres, c'est que Google Play Music n'est disponible que sur ordinateur personnel... et sur tablettes et smartphones Android. Utilisateurs d'iPhone, oubliez tout ce que vous venez de lire, du moins pour l'instant ! Si on ajoute une intégration des résaux sociaux limitée au seul Google+, on se retrouve avec un service certes assez béton, mais trop "Google-centré", qui crispera ceux qui ne considèrent pas l'entreprise comme une divinité. À vous de voir !