JE RECHERCHE
Les albums qui vont marquer la rentrée : Katerine

Les albums qui vont marquer la rentrée : Katerine

L’été étant synonyme de calme au niveau des sorties d’album, on commence d’ores et déjà à parier sur les albums qui feront votre rentrée ! Aujourd'hui, on vous parle de Katerine pour lequel on sent le succès revenir sans tarder.

Philippe Katerine dépasse les bornes du kitsch et fait ce qu'il lui plaît. C'est bien connu : depuis "Louxor j'adore" en 2005, l'énergumène rencontre un succès colossal et prend rapidement le contre-pied de tout ce qui se fait à l'époque, surtout du côté des paroles, légères et simplistes. Mais Katerine a bien débuté sa carrière en 1991, avait déjà fait ses preuves sur les sept albums précédant Robots après tout. Ses titres connaissent une reconnaissance populaire, élargissant son public déjà composé de fins connaisseurs du personnage. Compositeur pour d'autres, de la bande-originale comme pour le film Je suis un no man's land (où il joue aussi le rôle principal), à Christophe Willem pour le titre "Le lycée et la Tortue", Katerine endosse de nombreuses casquettes dans sa carrière (en plus d'être écrivain, acteur et artiste peintre).

En 2010 sort son neuvième album studio éponyme, dont le titre "La Banane" est extrait. On se souvient avoir dansé dessus durant la saison estivale. Puis, un an après, il s'associe au groupe Francis et ses Peintres pour l'album 52 reprises dans l'espace. Triple album studio, mais qui néanmoins n'atteint pas le succès escompté.

L'année 2013 annonce alors le retour d'un Katerine toujours aussi formidable. Pour Magnum, onzième album studio, qui sortira chez Barclay le 14 octobre prochain, le chanteur frenchy s'entoure d'une autre figure incontournable... De chez Ed Banger Records : le jeune chien fou Sebastian. On en avait déjà eu un bel aperçu avec le titre "Sexy Cool" qui annonçait de belles choses : un son estival, pop à souhait ! L'album est à la hauteur de nos espérances, à l'image des premiers extraits, comme "Effeminé", titre pour lequel la ligne parolière reste toujours autant farfelue. La collaboration est bien trouvée. Voilà un terrain de jeu où l'on ne l'attendait pas : alors que Sebastian est connu pour faire grincer les dents de ses auditeurs à coups de gros synthés bien lourds, ici, le son de Magnum est frais et dévastateur tout au long de l'album, à la limite de la frontière disco. On est bluffé !

Êtes-vous prêts pour attendre encore quelques semaines pour prendre une torgnole bien placée ? Patience...