JE RECHERCHE
Album de la semaine : Editors - The Weight Of Your Love

Album de la semaine : Editors - The Weight Of Your Love

La bande à Tom Smith troque ses synthétiseurs et se réconcilie avec ses premiers amours. Avec The Weight of your Love, Editors persiste et signe, sa place de dominant dans la scène anglaise n'étant plus à remettre en doute.

Le quintet originaire de Birmingham nous en a fait voir de toutes les couleurs. Deux albums judicieusement bien composés, brillants, ont donné le ton. Editors est un groupe qui a de la gueule, qui ne peut flancher. Avec An End Has a Start, les Anglais se placent en première place des charts, et marquent par la même occasion leur patte dans le rock alternatif made in England. Et puis, patatra : se sont-ils assis sur leurs lauriers ? Ils sortent en 2009 In This Light and on This Evening et changent radicalement de direction, préférant l'autoroute des synthétiseurs froids et des joujoux électroniques à la route de campagne rock'n'roll et aux traditionnelles six-cordes, alors que tout marchait (pourtant) si bien. Un album qui n'a d'ailleurs pas été accueilli à sa juste valeur. Tom Smith, tête pensante de la formation, aurait d'ailleurs eu des divergences avec le guitariste Chris Urbanowicz, qui décide de quitter le navire en 2012. Un départ qui aura sûrement déclenché de nouvelles pensées, de nouvelles envies.

Retour aux sources donc, alors que l'on imaginait que le chemin rock-électro allait se poursuivre. Excitant et parfaitement bien produit, The Weight Of Your Love réconciliera tout le monde, du fan de la première heure à l'amateur de nouvelles tendances. Le son est définitivement plus brut que le précédent album, mais reste derrière l'album The Back Room sorti en 2005. Ici, la composition est travaillée et magnifiée, remettant au goût du jour l'envoutement des violons et autres cordes frottées. Le timbre de voix de Tom Smith, si particulier, est toujours abondant de prouesses : sur "The Weight" allié aux cordes menaçantes, ou à travers "What Is This Thing Called Love" joint aux notes de piano. On est impressionné par "Formaldehyde" ou par le single "A Ton Of Love" aux allures de U2, puissants et entraînants, capables de déchaîner, on l'imagine d'ici, les foules des festivals. De nobles balades ("Nothing", "Honesty") sont aussi de la partie, entre guitares flamboyantes, rythmique battante et violons enjôleurs. Des titres resplendissants, témoins d'un retour parfaitement maîtrisé.

Mais cet album a tout de même certaines limites, Tom Smith le dominant ayant pris sa place de leader un peu trop à cœur. Editors fera-t-il la différence ? Pensera-t-on à cet album comme le revival du groupe, ou plutôt comme une tromperie, entre quatrième album du groupe et premier album solo de Smith ? Notre avis est donné, on vous laisse juges.